Lolita Not Dead! (bis)

Live Kokusyoku Sumire Paris
Une nouvelle amie, Jeanne, a terminé l’article précédent. J’ai trouvé son commentaire très intéressant. Le voici:

 

« J’évolue dans le monde Lolita depuis 3 ans maintenant. J’ai vite été fascinée par cette mode pour une raison qu’on pourrait rapprocher de l’esprit punk : l’esprit de contestation. J’ai pensé, et je pense toujours, que rencontrer une jeune fille / une femme habillée en Lolita suscite beaucoup plus de questionnement, d’indignation, de curiosité, etc qu’un look punk et gothic. Voilà une trentaine d’années que les mouvements jeunes contestataires sont systématiquement associés à une certaine forme de violence : rien que le look punk est composés d’aspérités, le mode de vie aussi rejette le confort bourgeois. Puis (grand saut dans le temps) aujourd’hui on a la culture rap, au phrasé brutal (pour la musique), qui utilise des clichés assez machos, un décorum agressif. Tous ces mouvements là viennent de la rue, la violence qu’on y retrouve est légitime… Mais, 30 ans près, arrivent les Lolitas, pour qui la nouvelle contestation passe par la douceur, la féminité, un refus du monde adulte, etc. Pour moi ça a été la révélation car ça, ça allait plus loin que de s’acheter un collier à clous ou écrire « nike le system » sur son sac. ça renverse radicalement les sous-cultures jeunes en proposant une alternative anticonformiste pacifique, non agressive (et autrement plus difficile à assumer lorsqu’on choisit de la porter) Une forme de rébellion par la douceur…

 

Mais il y a 2 choses qu’on ne retrouve pas chez les Lolitas, qui leur manque cruellement, assez pour rester au stade de mode, et pas de mode de vie : l’entraide, et l’esprit DIY.
Là je ne me réfère qu’à la communauté occidentale: europe/amérique.
De nombreux forums fleurissent sur internet où des membres rassemblent des images de Lolitas râtées (selon leur critère, bien sûr). Pour se moquer, bien sûr. Il existe une véritable aristocratie des marques, aussi. Porter telle marque sera vue comme de trè mauvais goût…

 

Je connais une fille qui est Lolita depuis très très longtemps (10 ans??). Il y a 5 ans environ, elle a posté une image d’un haut Moitié qu’elle venait d’acheter, et s’est faite descendre car elle avait osé acheter une marque! A l’époque, tout le monde fabriquait ses vêtements, ses petits accessoires, tout seul. Aujourd’hui, qq unes, très douées, le font, mais cet esprit DIY s’est totalement perdu!
Je pense qu’on ne trouvera jamais cette camaraderie chez les Lolitas.

 

Pour moi, ça a été une désillusion de réaliser tout ça car justement je viens du punk, et je toujours un peu attristée que les clichés « punk à chien sale et bière chaude » ont la vie dure. Pour moi les concerts de punk, c’est l’entraide, la responsabilisation, l’information sur le veganisme, le commerce équitable, etc etc.

 

Aussi, bon là on va sentir que je suis très subjective mais je ne crois pas en une reformation des Bérus pour le fric. Le dernier concert en 89 était à l’Olympia. Leur reformation s’est faite dans une salle de Rennes, aux Transmusicales. Ils pourraient faire le Zénith s’ils le voulaient! Aujourd’hui j’écoute le nouveau groupe de Loran, je vais les voir jouer dans des squats, et encore, quand ils passent à Paris, ce qui est très très rare! Ils jouent plutôt en Bretagne. Et puis je pense qu’un type (Loran) qui a vécu 1 an sans électricité pour protester contre EDF ne peut pas être accusé de basses vues mercantiles…

 

Bon… c’est déjà pas mal, je veux dire en quantité! Si j’ai oublié qq chose, je repasserai!! »

 

En illustration, j’ai mi une photo du concert des Kokusyoku Sumire, parue dans le magazine Shincho. Pourquoi ici et maintenant? Parce que nous avons beaucoup parlé de ce concert, Jeanne et moi. Et il y a une chance qu’elle se reconnaisse sur cette photo.

 

Pour ceux qui attende les scans de la page 3 de De l’encre et des plumes ainsi que la couverture (vous ne devez pas être plus de deux ou trois… snif), rassurez vous: les scans sont faits, je dois nettoyer les images et c’est bon. Donc demain peut être…

19 Responses to “Lolita Not Dead! (bis)”

  1. La Mome

    Eh bien non, je ne suis pas sur la photo! On y voit par contre Valérie (à gauche avec les mains jointes) puis Zoë, avec les nattes, puis Mitsu et au-dessus d’elle Karine, modo du forum Cotton Candy. J’étais venue tôt et j’avais pu m’assoir à la table.
    Moi aussi j’attends avec impatience la 3ème page de De l’encre et des Plumes

    Merci d’avoir publié mon texte…

  2. Maud Amoretti

    De rien! C’est un bon texte! Il complète le mien parfaitement… je savais qu’il lui manquait quelque chose et c’était votre texte! Donc merci!!!!

    Et merci aussi d’attendre la suite des planches!

    A très bientôt!

  3. Maud Amoretti

    Alors on continue! … heu, pas tout de suite mais dès que je trouve quelque chose d’intéressant sur le sujet et qui n’a jamais été abordé auparavant sur d’autres sites.
    Dis, miss P, on ne te voit plus trop ces derniers temps? Ca va? Tu es en vacances? Tu dors? Mais que fais tu donc… Tant que tout va bien!

  4. L.

    Un article sur la face sombre du mouvement Lolita… Darth Vader serait donc lui aussi une icône du mouvement ?

    Intéressant de découvrir toutes les facettes de cette surréelle réalité… En contexte humain, maintenant.

    Au risque de donner dans le polémique maintenant (bouh, vilain L. !) et d’être quelque peu hors sujet, je voudrais réagir sur les quelques lignes écrites au sujet du mouvement punk, en ce sens où c’est vrai que le fameux punkachien, c’est un cliché qui a la vie dure, mais il ne l’a pas sans raison. Le Punkachien, c’est une sacré réalité ! Comme le crêteux, le skin, etc… Du coup, les punks eux-mêmes tombent le plus souvent dans la caricature, et très souvent aussi parce qu’ils sont très bien comme ça et parce qu’ils ne veulent pas aller au-delà. Est-ce en accord avec le mouvement ? Mystère. Y a-t-il vraiment UN seul mouvement punk, déjà ? Est-il seulement possible qu’il y ait un « mouvement » punk, sachant que ce mouvement serait déjà, d’une certaine façon, la négation de ses propres principes ? Chacun assaisonne le punk à sa sauce mais force est de constater que celui d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier, que finalement quand on s’y penche, musicalement comme « idéologiquement », les frontières du genre sont assez difficles à cerner avec exactitude… D’autant qu’il faudrait déjà prouver que le punk, à la base, ait réellement eu des visées idéologiques, et si on n’en a pas fait quelque chose qu’il n’a jamais (ou en tout cas, pas au début) eu la prétention d’être…

    Si les clichés ont la vie dure, c’est quand même principalement la faute des punks eux-mêmes… Parce qu’effectivement, les concerts punks, c’est bien « l’entraide, la responsabilisation, l’information sur le veganisme, le commerce équitable », mais hélas pas seulement, on le sait bien (et ça n’a rien d’un cliché).

    On ne fait pas bouger le monde en étant une caricature, à mon sens, ni en braquant tout le monde contre soi. Tout au plus fuit-on la réalité en se donnant l’impression d’agir, de valoir mieux, mais ce n’est jamais qu’une fuite, une excuse… J’ai rencontré des punks supers, mais il n’empêche, la carapace révolutionnaire de leurs propos servait à légitimer des choix de vie alternatifs plus arrangeants (moins de responsabilité sociale, accès à des sympathiques substances, pas besoin de chercher à s’intégrer, etc…). Rien de condamnable en soi, mais rien de « supérieur » ou « transcendant » non plus.

    Du coup, du mouvement punk, je ne garde que la musique et c’est tout aussi bien (la vieille, surtout. Un peu de glam, au passage…).

    Désolé pour la virulence ! Qui aime bien chatie bien, il paraît !

  5. Maud Amoretti

    Je ne peux plus trop juger le mouvement punk, n’y étant plus. Plus du tout. Mais je pense que la clodarisation de certains d’entre eux est un point final à ce qu’ils voulaient exprimer. Un refus de notre société. Même si c’est pu facile, c’est un choix de vie dingue, dont je serais complètement incapable! Je pense aussi qu’il n’y a pas encore de bonnes solutions pour que nous nous en tirions. Et puis il y a punk et punk. Comme le soulignait Jeanne, certains se bougent (elle prenait en exemple Loran qui s’est privé d’électricité pendant un an). En même temps, le punk ne fait plus trop parler de lui: je suis assez à l’écoute du monde alternatif et je n’avais plus trop de nouvelles… bon, je n’ai pas des oreilles partout… La preuve, je ne savais pas grand chose de la reformation des Bérus.
    Enfin. Bref.
    Je suis toujours content de lire des opinions différentes: c’est la preuve que nous pensons encore. Que la star academy n’a pas encore gagné.
    (pardon pour ce coup bas, je sais que tu en as fait tous les castings. Mais entre nous, tu sais bien que tes slams sont trop évolués pour eux! Tant mieux!)

    Ouille… je ne sais plus trop ce que j’écris… je vais aller au dodo.

    Bonne nuit!

  6. La Mome

    « On ne fait pas bouger le monde en étant une caricature, à mon sens, ni en braquant tout le monde contre soi. Tout au plus fuit-on la réalité en se donnant l’impression d’agir, de valoir mieux, mais ce n’est jamais qu’une fuite, une excuse… ».
    Mmmh, ne pourrais-t-on pas dire que toutes les catégories de personnes, toutes couches sociales confondues, se sentent supérieures? Monsieur tout le monde ne braque-t-il pas lui aussi une grande partie des autres contre lui, ne fuit-il pas qqchose également (pas la même fuite que le punk)? Qui peut sur Terre prétendre ne pas « se trouver d’excuse »? Mais c’est vrai, le punk c’est aussi les tessons de bouteilles qui coupent, les chiens végétariens forcés qui te piquent ta merguez et la bière renversée sur ta belle jupe Metamorphose.

    Mais certains punks sont sobres et agissent vraiment! Va à un concert du CICP, rencontre Marsu!! (tout le monde sait qui est Marsu, of course!).

  7. Maud Amoretti

    Bien sûr! Tout le monde est persuadé de détenir la vérité et pense être sur le bon chemin!

    Alors pour ceux qui ne connaissent pas Marsu: il a été producteur (je me trompe peut être là…) des Bérus. Il a créé en 94 le label Crash Disques, label qui regroupent des musicien venant du punk, du ska, du reggae et même du hip-hop. Il y a eu chez lui, Sergent Garcia, Les Thugs, Ludwig von 88, Skunk, et puis pleins d’autres mais j’ai oublié… C’est que ça remonte à longtemps. Et puis j’ai quitté la France… Je ne sais pas trop ce qu’il fait maintenant. Encore plein de trucs j’imagine.

    Le CICP est un lieu utilisé par le label dans le 11ème à Paris (Centre International de Culture Populaire). Je n’y suis jamais allé.

    Vous savez tout ce que je sais. Dites, Môme Néant, j’ai bon? Pas trop de fautes dans ce bref résumé? Depuis que j’ai quitté Paris, je ne suis plus au courant de rien… Je ne sors plus beaucoup… elle est dure la vie du dessinateur! Héhé!

  8. L.

    J’suis bien d’accord, la môme (à lire avec la voix mentale de Blier façon Audiard). Je voulais juste rétablir un peu la balance entre le bon et le mauvais qu’on peut trouver dans tous mouvements.

    Les punks, c’est quand même un peu les gars qui veulent faire peur au bourgeois, et qui à côté de ça se plaignent parce que justement, le vourgeois il en a peur parce qu’il est plein d’a priori (hum, là, c’est moi qui caricature).

    Donc quoi qu’il en soit et plus sérieusement, avec cet ajout, je suis d’accord à 100 %

    Après on pourrait débattre longtemps des choix et de leurs implications mais on ne ferait pas beaucoup avancer le schmillblic, non ?

  9. L.

    François, comment tu sais que j’ai fait les castings Star Academy ? C’est dingue, ça ! ; )

    Drôle de coup bas, d’ailleurs, de la part de quelqu’un qui, je le rappelle, à quand même gagné haut là main la Nouvelle Star (n’est-ce pas, Christophe ? ; ) )

    Merci pour le compliment au passage !

  10. hatsumi-no-baka

    (je n’ai pas lu les commentaire alors peut être que je vais « répeter »)
    Le style Lolita, comme il est différent du style punk, est beaucoup plus « isolé » dans le sens ou prendre soin de soin est vraiment difficile et ou, quand l’on se fait belle de tout notre être il est blessant d’entendre certaines remarques (même si je ne les entends plus, au lycée les gens se sont habitués 8D)
    Ce style est différent également dans sa façon de se « fraterniser » parce que « les Lolitas » aiment le luxe, la richesse, tout ce qui nécessite de l’argent, sachant que l’argent est LA source de conflits la plus grande et la plus violente, je pense que c’est ce qui est à l’origine de certains côté « garce » des lolitas (et puis…c’est connu…les filles sont des garces…non? en fait ça doitjuste être moi XD) Bref, le style Lolita crée des envies (surtout dans ses imprimés et ses robes magnifiques à un prix/qualité raisonnable mais qui reste élevé) C’est tout cet argent en jeu qui hâtise le feu de la jalousie (moi même qui suis grande je me sens parfois méchante de détester les personnes à qui ces robes vont si parfaitement) Parce que la « Beauté lolita » est quelque chose que l’on obtient en fesant des efforts, en prenant soi de soi et en n’écoutant pas toujours l’avis des autres, en fait, c’est une sorte « d’égoisme » dirais je?
    BREF C’est pour cela que je pense qu’on ne retrouvera jamais le même sentiment « soudé et coude à coude » qu’avec les punks…
    Je crois que ce que j’ai écrit était un vrai charabia…o_o Zut, pardon…

  11. Grim

    Je pense que cela dépend aussi des habitudes de ces Lolita.
    L’ambiance sur certains forums est désastreuse. Je n’y ai jamais rencontré d’amie (ça a même plutôt fini mal). En revanche, la Lolita que je connais, je l’ai rencontrée sur un forum généraliste, dans un esprit familial, tout à fait par hasard. Question mentalité, ce n’est vraiment pas la même chose. Elle est bien moins coincée que toutes celles que j’ai bien connues jusqu’ici, si je peux me permettre. Je ne l’ai jamais entendu faire de différences entre les Lolita habillées en marques et les autres. Elle ne critiquera jamais une fille à la coordination maladroite, est très méfiante vis-à-vis de tout ce qui est étiqueté Lolita (les Kitade et cie… mais aussi certaines pièces et tendances des marques)… Elle forge son opinion elle-même. Je crois que le problème du Lolita, en France en tout cas, c’est que la rareté des informations oblige à passer par des forums ou des communautés pour apprendre. Comme leur nombre est restreint, on ne se reconnaît pas forcément dans leur état d’esprit, et soit on en change, soit on se tait.
    Les Lolita sont vouées à être divisées.
    En tout cas, peut-être suis-je un alien, mais le luxe de certaines tenues ne m’attire pas particulièrement. Le Lolita est presque un prétexte pour avoir accès à tout ce qui l’entoure. Dès lors, je me vois mal détester quelqu’un par jalousie (même si je peux le comprendre). Si pour cela je dois me sentir à part même chez les Lolita, tant pis. C’est un monde cruel, parfois, mais je ne peux pas vivre sans. Cruel et surtout plein de paradoxes !
    (j’ai hésité à envoyer ce commentaire, j’ai peur qu’il soit pris de travers… loin de moi l’idée de désigner des coupables ou de m’en prendre à quelqu’un ! j’énonce les choses telles que je les ressens)

  12. hatsumi-no-baka

    o_o euh non je ne pense pas que quelqu’un le prendra mal XD
    PERSONNELLEMENT MOI JE (XD) pense qu’une belle robe n’est pas forcément une robe de marque, mais sachant que ‘jaime les robes à imprimés il faut beaucoup de moyens pour en faire donc la plupart du temps une marque bref—
    Le problème du lolita europée -je pense- est qu’on se prend trop au sérieu 8B! Les personnes qui ne s’assument pas se regroupent puis c’est comme ça que les gens se divisent…
    Pour l’ambiance tu parles de cottoncandy? si oui moi je la trouve parfaite!*o* Plus sérieusement si c’estcelui ci je trouve uqe c’est un forum bien informé et bien informant qui nous permet de ne pas faire trop de « fautes » parce qu’a un moment il y a quand même une différence entre emo goth et gothic lolita, et quand on est nouveau c’est difficile de s’en rendre compte, enfin je pense, c’est pour ça que je défendrai de ma vie ce cher forum! 8D (non, sérieusement il m’aide beaucoup…) Je pense que c’est pourquoi parfois les personnes sont dures, certaines le sont seulement pour suivre les autres et déforment l’intention première de la personne qui a commencé à critiquer (souvent de juste…)

  13. Grim

    Oh, je ne parlais pas de Cotton Candy en particulier.
    Évidemment, la critique est utile. Mais elle est à mon avis trop souvent gratuite. Elle se transforme parfois carrément en haine, comme pour la jeune fille qui était passée dans l’émission d’M6. Celles qui la critiquent la connaissent-elles bien ? Le reportage devient vieux, elle a sans doute évolué depuis, et la haïr pour ce que les monteurs du reportage se sont débrouillés pour lui faire dire est puéril. Je ne la connais pas, je ne la défends pas, mais je trouve bête de perdre son temps à s’attaquer aux autres (surtout quand ils ne sont pas là).
    Et il est important de garder à l’esprit que tout le monde ne reçoit pas la critique avec la même intensité. Certains la prendront à sa juste valeur, d’autres s’en trouveront affaiblis. Et ce n’est pas anodin. Il est facile de briser quelqu’un par quelques mots déplacés, alors qu’on peut dire les choses avec plus de diplomatie et qu’elles seront forcément prises plus au sérieux.
    Lorsque je tombe, par exemple, sur des vidéos de soi-disant Lolita et qui ne le sont pas du tout, j’explique simplement pourquoi. Je n’ai jamais vu de mauvaises réactions à mes explications. Les filles se remettaient en question, s’informaient.
    Je crois, au contraire, que les Lolitas européennes se prennent trop au sérieux. Personne ne va mourir si mon sac n’est pas assorti à ma robe. En revanche, si je critique quelqu’un brutalement, il pourrait y avoir des conséquences, même invisibles. Les Lolitas, à mon avis, devraient être moins hostiles et plus spontanées. Un rêve commun doit engendrer de l’amitié, pas de la rivalité.

  14. hatsumi-no-baka

    (oui oui, je suis d’accord les lolitas « non japonaises -si j’ose dire- » parce qu’il y a énormément d’américaines qui « s’y croient » également, se prennent trop au sérieu…)
    Mais il est vrai que ça engendre beaucoup de choses agressives.(je trouvais Shu super classe quand je l’ai vue pour la première fois à la télé *_*)
    Souvent cette agressivité est engendrée par le fait que ces personnes, elles mêmes se sont revendiquées lolitas devant les médias, bien que ce qu’elles portent ne soit pas vraiment lolita. Le fait que ces personnes « mal renseignées  » si j’ose dire, viennent de leur plein gré dire « regardez moi! Je SUIS le mouvement lolita! » (j’exagère, hein)et le problème est qu’elles créent souvent des préjugés et de mauvaises idées de ce style (maids, dentelle tout en plastique, jupes courtes, gothisme -même si j’aime énormément le style gothique-) enfin des choses qui font que « le peuple » voit d’un oeil mauvais ce mouvement.
    Ceci n’excuse ni les insultes, ni l’agressivité, mais -je pense- qu’elle peux, ne serait ce qu’un petit peu « aider » à la comprendre…

  15. Nella

    J’aime beaucoup cet article, et je l’ai déjà lu plusieurs fois; mais c’est seulement aujourd’hui que je réalise que je suis sur la photo -_-‘ (et encore c’est après relecture des commentaires… si Jeanne ne m’avait pas cité je n’aurai pas remarqué je pense…)