les réponses

Voici les commentaires qui ont fait suite au billet « la féminité est une forme de féminisme ».
Le débat m’a semblé être intéressant et j’ai décidé de publier les réactions et leurs évolutions. C’est parti:

 

1 – Misa:

Cher François… S’il y a quelque chose que je sais bien chez vous, c’est que vous respectez les femmes plus que tout au monde.

 

Je dois avoué que j’ai bien rigolé en lisant ce secret. Fraise a tout au plus un bonnet C ou D, ce qui est très commun naturellement chez une femme… En plus le tissu du haut de sa robe a l’air assez épais et accentue donc sa poitrine.

 

J’ai franchement du mal à comprendre autant de bêtise humaine… Pourquoi dès qu’une femme est féminine et assume son corps, elle est forcément vue comme une « sal*** » ou une « aguicheuse » ? Et ce genre de remarque vient même plus souvent de la gente féminine que de la part des hommes (jalousie je suppose.)

Dans tous les cas, ne changez pas et suivez vos convictions, c’est le plus important !!

 

2 – Fleur en sucre:

Mon chers Francois je comprend votre coup de geule , la personne qui a fait ca est très bête u_u vous êtes un grand artiste , restez comme vous êtes , je vous envoie mes salutations et a bientôt j’éspere

 

3 – Eleonora:

j’aime beaucoup le burlesque! j’avais été fascinée par Lalla Morte, à un des dr sketchy…. elle était sortie d’une valise, et versait de la cire de bougie sur ses bras avec élégance…. (ah, j’aurais bien voulu voir un effeuillage pendant le concert des sumire ♥)
j’aimerais bien voir un travail de ta part sur les années folles! Il y a une bd très bien de Kerascoët, je ne sais pas si tu connais, qui s’intitule « miss pas touche », dont l’histoire se déroule au temps des guinguettes.
bon, sinon, il y aura toujours des gens pour tout critiquer, et qui ne se donneront même pas la peine de se renseigner avant. c’est pas très agréable, mais il faut travailler sur soit pour que cela ne nous affecte pas…. bonne chance!

 

4 – Chanelle:


Moi ce qui me choque le plus, ce n’est pas le secret, vu que loli_secret (français ou international) fait souvent dans la méchanceté mais la couleur du secret! Magenta-violet-criard franchement… C’est immonde! …
Plus sérieusement, je peux comprendre qu’on aime pas les «  »gros » » seins mais c’est complètement stupide d’associer ça directement à un fantasme…

 

5 – Anthropophagie:

Mr Amoretti, je trouve votre article très beau et il devrait couper le sifler à pas mal de demoiselles qui croivent qu’etre une Lolita n’est plus etre une femme ou qui vous prend pour un satyre XD
J’ais beaucoup aimé votre illustration car justement, Fraise a des formes et jamais l’idée de fantasme ne m’est venue à l’esprit !
Je vous encourage dans votre parcourt que je trouve très bien mené jusqu’ici !

 

6 – Marie-Ange:

bah moi fraise je l’adore!
Pareil avec une de mes pubs j’avais eu un secret (on voyait la naissance des seins du mannequin, elle était gorge et bras nus, et la pose était plutôt langoureuse)
Ben oui mais c’est comme ça! une femme ça a des nichons, ça a des fesses, et c’est très beau, et la nature est joliment faite.
Je trouve d’ailleurs que fraise est de loin le personnage (parmi tes livres précédents) le plus réaliste. C’est aussi certainement pour ça que tu as été critiqué!
Dans le lolita il y a des femme- enfant frustrées de leurs corps, jalouses de celles qui s’assument, et souvent tout ce qui touche au réaliste est rejeté au profit d’ un enfermement(malsain) dans la rêverie (c’est le complexe de peter pan, tellement rassurant!). Malheureusement ces personnes ne vivront jamais pleinement.Resteront de vieilles femmes frustrées de ne pas avoir osé s’assumer pleinement de leur jeune temps! Je plains leur étroitesse d’esprit!
Et ça les choque peut être , mais oui un homme a des fantasmes, ça fait partie de la nature , et là encore la nature est joliment faite! Et oui, le sexe fait partie de toute femme, et donc AUSSI du Lolita, ne vous en déplaise!

 

Je te dis : fraise est très belle, ses gros seins me plaisent beaucoup, et tu as bien raison de faire comme tu l’entends, et d’évoluer.

 

Et n’oublie pas: c’est souvent ceux qui en font et en savent le moins qui critiquent le plus gratuitement. Quoi qu’elles en pensent, chacun de tes dessins à plus d’impact que n’importe lequel de leurs mots 😉

 

Alors que tu fasses du lolita, du pin up, ou quoique ce soit d’autre, je continuerais à te lire!
C’est comme un pot de confiture:peu importe ce qu’il y a sur l’étiquette tant qu’elle est bonne 🙂

 

7 – Agnès Maillard:

Intéressante approche de la féminité féministe. Parce qu’en ce moment, nous sommes dans le débat de savoir si la transformation de Dora l’exploratrice, qui est tout de même un personnage de dessin animé profondément antisexiste en ce qu’il met en scène une petite fille aventurière, en une jeune Lolita à destination des teenagers n’est pas une trahison du concept initial, à savoir une petite fille suffisamment loin des clichés de genre que même les petits garçons peuvent s’identifier à elle.

 

Selon votre angle d’approche, la Lolita est par définition proféministe, en ce qu’elle s’assume dans sa féminité, mais la question est : peut-on s’affranchir de la domination masculine en se soumettant aux stéréotypes sexués qui font fantasmer les hommes?

 

On se retrouve donc avec une sorte d’équilibre précaire entre la part de féminité assumée, revendiquée et recherchée par la femme pour son bien-être personnel et l’intériorisation de stéréotypes hyper-sexués qui sont tout de même beaucoup plus au service de l’homme.

 

8 – Shéris:

François je suis hueurese de lire ce genre d’article !
mais quel comble que ce soit un homme qui parle mieux que moi de ce que je pense ! XD

 

J’ai remarqué une chose: à chaque fois que vous avez une critique j’ai l’impression que votre point de vue s’affine.
Je ne sais pas très bien expliquer, c’est ce que je ressent en lisant vos articles. ^^ »
La définition d’une lolita/otome devient alors chaque fois plus précise ..

 

Sinon, ces critiques; faites en un tas, un joli tas, un bon gros tas, et servez-vous en de tremplin pour monter encore plus haut !
Pour continuer à avancer, exactement !!

 

(et puis franchement ce secret, ça sent le complexe … j’ai beau être plate comme une limande, il m’a pas choqué .. c’est une européenne et puis c’est tout)

 

9 – Yahel:

Ciel, Agnès, toi ici … 🙂
Bon, cher François, j’ai pas trop le temps là (devinez pourquoi)
et je renvoie les courageu-x-ses à la lecture de ceci:
« Un panorama historique du féminisme », qui synthétise pas mal mais qui donne une idée générale.
Url:
http://www.chiennesdegarde.com/article.php3?id_article=299%0D

 

yahel, féministe, gynoïde, adorant les fringues et bonnet D.
(pwal au nez)

 

10 – Kimii:

Merci pour ce bel hommage aux lolitas ! J’admire votre conviction et votre travail que je trouve magnifique ! Vous êtes l’un des seuls qui comprend si bien les lolitas à mes yeux. Vive François Amoretti !

 

11 – Gabrielle:

depuis quand gros seins = danger pour la santé? o_O; merde, dis, j’en meurs quand moi du coup?

 

12 – Nini:

nini mode MWAH

 

<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3<3>

 

13 – Mlle Chantilly:

Bon je me fais défenderesse des secrets, parce que je suis modératrice de la communauté.
Je respect beaucoup votre travail mais une chose est sur, la communauté est faite pour « rigoler », ce que beaucoup on tendance à oublier, et bien souvent les secrets sont à prendre au 3ème degrés celui ci en faisant partie ^^ C’est plus histoire de rigoler de l’affiche, plutôt que de dire « les gros seiiiinnns saymal ». Parce que là tout le monde vous soutiens, mais beaucoup on fait la remarque en voyant l’affiche la première moi ._.
Après pour celles qui ont demandé, avoir une grosse poitrine abime le dos, d’où l’allusion à la santé.
Enfin voilà. Je vois juste avec tristesse que beaucoup de gens ne comprennent pas le 3ème degrés apparent de la communauté loli_secrets.
Ce commentaire n’est pas dit méchamment, je tiens juste à rétablir la vérité ^^
Sur ce, bonne continuation M. Amoretti!

 

14 – François Amoretti:

Merci à toutes pour vos commentaires!!!

 

Chère Misa,
pas d’inquiétude! Je reste fidèle à ce que je me suis fixé. Ce loli-secret est tombé au moment où je voulais écrire cet article. Il m’a aussi rappelé que je devais réexpliquer mes motivations. C’est chose faite.

 

Chère Fleur,
merci!!!!

 

Chère Eleonora,
effectivement, il est inévitable de recevoir des critiques. Et on ne peut pas plaire à tout le monde. Je le sais bien, et c’est normal. J’avais envie d’aborder ce sujet et voulais répondre à ce « secret ». Parce qu’il me semble bien que son auteur(e) n’a pas compris mon propos.
Pas d’inquiétude, je ne suis pas triste.

 

Chère Chanelle,
c’est difficile de faire passer des expressions avec des yeux vides. Dans Gothic Lolita, les personnages étaient assez figés, moins dans Alice. La nouvelle partie du Petit chaperon rouge est mieux aussi. Je progresse. Lentement… Fraise et ses amies seront encore plus vivante je pense. C’est aussi pourquoi je tiens beaucoup à ce personnage: je trouve qu’elle est si vivante!

 

Chère Anthropophagie,
merci beaucoup pour vos encouragements^^, ça fait chaud au coeur!

 

Chère Marie-Ange,
nous sommes d’accord. De toute manière, syndrome de Peter Pan ou non, le temps passe et transforme le corps et l’esprit: que ce soit à 15 ans ou à 70.

 

Chère Agnès,
ravi de vous lire ici!
Je ne pense pas que les lolitas soient proféministes. Je les vois plutôt comme des femmes assumant leur féminité. Certaines le sont bien sûr. Pour certaines, c’est un amusement même.
En ce qui concerne « peut-on s’affranchir de la domination masculine en se soumettant aux stéréotypes sexués qui font fantasmer les hommes? »: là la ligne est fine et il est facile de tomber du mauvais côté, de se retrouver en fantasme masculin. Pour moi, la limite serait le fait d’assumer consciemment sa féminité, ou non. Une femme choisissant de plaire ou de se plaire finalement. Pour moi, se plaire est une force, une confiance en soi. (Je suis mauvais écrivain et j’ai du mal à exprimer ma pensée. Pardon!!)
Vous avez ainsi raison, l’équilibre est précaire. Mais il est faisable. J’aimerais croire qu’une femme puisse défendre sa place face à l’homme sans le singer, donc en restant elle-même.

 

Chère Shéris,
merci pour vos encouragements aussi!
En ce qui concerne les Otome, c’est un sujet très intéressant aussi. Il faudra s’y pencher prochainement. Je crois que ça vous tient à coeur, n’est ce pas?

 

Chère Yahel,
merci d’avoir pris le temps de quelques mots! Ils sont précieux à ce blog!!!

 

Chère Kimii,
c’est adorable! Merci beaucoup!

 

Chère Gabrielle,
excellente, as usual! Merci de passer et de participer!

 

Chère Nini,
Nini!!!

 

Chère Mlle Chantilly,
Comme je le disais plus haut à Eleonora, il est important pour moi que mon propos soit clair. Que mon propos soit ensuite critiqué, tant pis, tant qu’il a été compris. On ne peut plaire à tout le monde. Pour ce qui est du troisième degré, je ne l’ai pas vu. Au vu des commentaires, je ne suis pas le seul (commentaires chez vous comme chez moi). Mais vous avez raison, il est sain de prendre du recul, d’avoir de l’humour. Et effectivement, j’avais aussi fait la remarque sur le tour de poitrine de mon héroïne au moment où j’avais publié le visuel la première fois. C’est pour ça que je n’avais pas saisi le troisième degré très certainement. Croyant avoir été le premier à noter ce détail dans l’anatomie du personnage.
Merci d’être venue représenter votre communauté. A bientôt!

 

15 – Heiwa:

Excepté la police de caractère et le choix de couleur qui ont déjà été stigmatisés (à juste raison… parce que ça fait quand même un peu mal aux yeux), ce secret n’est pas bien méchant (tout est relatif ou presque). Je pense que tu prends peut-être la « critique » un peu trop à cœur bien que ça te donne une occasion de t’exprimer et d’affirmer ton point de vue sur plusieurs points ce qui est toujours constructif.

 

En ce qui concerne le contenu du secret à proprement parler, je pense que c’est avant tout une question de style et de goûts. Après tout, il y a des gens qui trouvent que Picasso est un génie et d’autres que Picasso est un artiste dont les « bobos » sont fans parce que c’est tendance alors qu’il ne sait même pas placer les yeux correctement sur un visage… Et pourtant Picasso est un artiste mondialement connu et ses oeuvres se vendent pour des milliers d’euros!

 

Et je fais un digression, mais ton passage sur les « vraies lolita » m’a fait sourire… Parce que c’est un peu un serpent de mer de la communauté. C’est un débat qui est toujours là tapi dans la brume, qui occasionne parfois de gros psycho-drames, qui passe en sommeil puis qui réapparaît d’on ne sait trop où…

 

Tout ça pour dire que tu peux bien faire ce que tu voudras, à partir du moment où tu as une « tribune », tu auras toujours des gens pour trouver que ce que tu fais n’est pas bien, que tu aurais du faire ci plutôt que ça… Bref, continue à avancer, c’est le meilleur pied de nez que tu puisse faire aux gens qui n’aiment pas ce que tu fais!

 

16 – François Amoretti:

Chère Heiwa,
oui c’est ce que je disais plus haut dans les commentaires. Je voulais faire un post de cet acabit depuis quelque temps et le hasard a mis le « secret » au milieu. Le secret ne m’a pas vraiment touché. C’est juste qu’il entrait dans la ligne de mire de ce que je voulais aborder. Notamment dimanche dernier, lors de la dédicace de Kira, où presque tout le monde est venu me parler de cet incident. Enfin bref.
Pour les « vraies lolitas »: j’ai arrêté depuis belle lurette de chercher une définition. Je voulais dire « rencontrer des filles impliquées dans ce qu’elles veulent faire ressentir par leurs attitudes/apparences/façon de vivre ». Des filles qui font ça 24/24, pas seulement le week end. Et pas du tout en rapport à d’éventuelles « fausses lolitas ». J’approfondis: qu’elles portent leurs couleurs de temps à autre ou en permanence, mais des femmes qui font de cette démarche leur vie ou encore que cette démarche rythme leur vie.
J’espère que tu comprends mieux maintenant le but de ce billet.

 

(j’ai souvent du mal à arriver au point final et me perds très souvent en digressions. Désolé!)
(en espérant avoir été un peu plus clair…)

 

SUIVI DE

 

D’ailleurs je viens de relire le passage sur le secret et à part le fait que je ré-explique une nouvelle fois mon intention, je n’ai pas l’impression de m’en plaindre outre mesure. Non?
J’utilise cet exemple pour rappeler à nouveau la différence que je fais entre plaire et se plaire.
Ce qui est vital à mon personnage, Fraise, parce qu’elle veut d’abord se plaire à elle-même.

 

Et je répète que je sais que je ne peux plaire à tous et ce n’est pas grave. Je sais très bien que j’ai des critiques, que j’énerve des gens. Mais ce qui m’importe c’est de continuer à créer. Et de réussir à plaire, à faire rêver à un certain nombre.
Je ne suis pas dictateur, je n’imposerai jamais mes idées et mes images à qui que ce soit!
Je suis un adepte de la liberté for god sake!

 

17 – Umako Takimana:

Cher Amoretti-san, lire ce billet fut pour moi magique ! Je m’apprête à rentrer au lycée, à changer de vie de surcroit, la confiance me manque un peu… Ce que vous avez écrit là me donne du courage ! Le courage de bouger, de changer, le courage de continuer à créer le monde frivole que je me suis fait, le courage de m’assumer entièrement, le courage de croire en chaque rêve qui germe dans ma petite tête ! Je suis admirative devant la ferveur dont vous faites preuve pour les causes qui vous sont chères, vous êtes un grand artiste ! Je ne peux qu’humblement vous encourager dans votre merveilleux chemin !

 

Révérence respectueuse,

 

Mademoiselle Umako.

 

P.s: ce secret est débile ! Fraise est très jolie, elle porte cette belle poitrine avec élégance et dégage une joie de vivre incroyable ! Je ne ressens pour ma part pas une once de vulgarité ! 🙂

 

18 – Agnès Maillard:

Re-bonjour à tous.
François apporte un argument assez décisif, c’est l’idée de choix : c’est à dire la femme qui choisit consciemment d’être séduisante, parce que cela lui plait. Ça, c’est assez émancipateur.
Reste l’illusion du choix, assez courante chez les dominés, où l’on préfère s’imaginer avoir décidé de suivre telle mode ou telle tendance plutôt que de s’avouer que la pression sociale et le désir profond de conformisme ont été déterminants et contraignants.

 

D’où la nécessité de débattre et de s’interroger sur des notions apparemment simples 😉

 

19 – Nilla:

N’y aurait-il pas un amalgame fondamental dans le choix et l’acceptation des termes ?

 

Par « féminité » vous entendez en réalité le fait de prendre particulièrement soin de son apparence pour la faire se conformer aux attentes et goûts du sexe opposé, dans un but de séduction. Et en englobant ces comportements sous le terme « féminité », on les attribue exclusivement aux femmes, et par là on en fait leur caractéristique constitutive. Et c’est là qu’on tombe dans l’absurde.

 

Les implications de ces conceptions sont multiples :
– une personne de sexe féminin qui n’accorde pas d’importance à la séduction n’est pas « féminine », donc n’est pas une « vraie » femme ;
– une femme ne peut se plaire à elle-même qu’en conformant son apparence aux clichés du sexe opposé ;
– les hommes ne peuvent pas aimer séduire ou prendre soin d’eux puisque c’est le domaine réservé de la « féminité »…

 

C’est exactement ce genre de propos qui alimente les clichés de la féministe-butch-lesbienne ou de l’homme chochotte-tapette pour quiconque a le malheur de ne pas se conformer à ces stéréotypes.

 

20 – Bruno Bellamy:

Un truc que je ne comprends pas bien, c’est pourquoi un artiste devrait se justifier de ses choix. Une oeuvre d’art n’est pas un service, ou un bien de consommation. Si je poste un colis et qu’il n’arrive pas à destination, le service postal doit se justifier. Si j’achète une boîte de chocolats noirs et que dedans il n’y a que du caramel, le chocolatier doit se justifier. Mais un artiste s’exprime, point. Et quand il fait une affiche, elle plaît ou pas, elle remplit ou non son office (faire la promotion d’un événement, dire quoi, où et quand), mais il n’effectue pas une prestation de service en vertu de critères objectifs. La subjectivité de son propos, le caractère essentiellement personnel de son oeuvre est, par définition, indiscutable. On peut aimer ou pas, car on peut avoir ou pas une sensibilité proche de celle de l’auteur, mais il n’y a rien à JUGER.
Quand on juge, notamment -puisque c’est ce dont on parle ici- qu’une représentation artistique de la femme « véhicule » telle ou telle image, voire (quelle horreur) INCITE à être comme ceci ou comme cela, pour ressembler à je ne sais quels canons esthétiques que l’artiste aurait contribué à produire ou à propager, on refuse à l’auteur son droit pourtant élémentaire à s’exprimer librement.
On lui donne, en vertu de je ne sais quelle responsabilité qui n’existe pas en droit, un rôle d’éducateur, on lui impose le devoir de faire valoir telle ou telle « bonne image » de la femme.
Bon sang, un personnage de fiction n’est PAS l’affirmation d’une opinion ou d’un jugement que l’auteur porterait sur des personnes réelles. Quand un artiste dessine une femme avec une poitrine généreuse, ça ne signifie pas qu’il considère les femmes de la réalité comme des objets, ou qu’il incite les femmes à considérer que faute d’une grosse poitrine elles n’ont aucun intérêt.
François, c’est un plaisir de te lire, mais franchement, je ne crois pas que tu aies lieu de t’expliquer, de te défendre, ou de redire avec des mots que même les imbéciles peuvent comprendre ce que tes dessins disent très bien sans mots, et même sans doute mieux, puisque l’art sert justement à « dire » ce pour quoi les mots ne suffisent pas.
Je me sens touché parce que moi aussi, bien souvent, on me reproche de dessiner des créatures dont l’apparence voluptueuse serait, selon certains, une injure envers les vraies femmes. Je suis aussi très bavard et, bien souvent, je tente désespérément de me justifier, je ne suis donc pas un exemple.
Mais cela m’incite à compatir, d’une part, et m’a prouvé par l’expérience que le temps passé à faire de nouveaux dessin est mieux employé que le temps passé à s’excuser pour les dessins qu’on a faits. 😉

 

21 – Chanelle:

C’est vrai que le lolita réunit beaucoup de monde! Lors du concert des Sumire, il y avait des lolitas, des personnes habillées comme dans les années trente (il me semble… si mignons), cyber, un steampunk(?) et bien d’autres…. C’est mieux quand un milieu est ouvert que tout fermé, sinon ça n’apporte rien…

 

22 – François Amoretti:

Chère Umako,
merci infiniment pour vos merveilleux mots. Vous me faites très plaisir! Je suis heureux de pouvoir vous donner du courage!!!

 

Chère Agnès,
Qu’entendez vous par « dominés »? Serait-ce nous? Complètement teintés (bouffés par?) des médias assommants? Même s’il y a une chance que vous me répondrez que personne n’y échappe, je tenterai de dire que les mouvements lolita/pin-up sont des courants indépendants, n’appartenant pas aux grands mouvements de modes vestimentaires, musicaux, sociaux.
Enfin, je ne suis qu’illustrateur, j’ai une approche très naïve de toutes ces choses. Yahel me le fait souvent remarquer et me donne souvent des conseils. Mais je ne fais que parler de choses que j’ai sur le coeur. Et vu que vous prenez ce blog en cours de route, je vous rappelle que je suis juste un rêveur, un artiste, un utopiste.
Mais toujours curieux d’avis identiques ou différents.

 

Chère Nilla,
justement non. Je n’ai jamais utilisé le mot séduction d’ailleurs. Au contraire, c’est ce que j’essayais d’expliquer avec la différence plaire/se plaire. Mes héroïnes se fichent complètement du regard des hommes sur elles. Les hommes sont d’ailleurs absents de mes histoires (à part bien sûr, le loup dans Le petit chaperon rouge mais là c’est le conte qui m’impose le personnage). Pas que je n’aime pas les hommes, c’est juste que je préfère parler de filles et, je me répète, pas dans l’optique d’assouvir quelconque fantasme sexuel personnel. Si mes illustrations sont sexuées, c’est uniquement dans le genre.
Pour le dernier argument: j’ai des opinions esthétiques (je suis illustrateur) mais ne vous méprenez pas, je n’envisage pas les femmes à leur apparence, je ne suis pas débile à ce point. Me confondre avec ce genre de personne serait revenir a avouer qu’on a jamais lu mon blog, ni mes livres. Et là, je me vexe. Mais quelle importance? Je ne force personne à me croire.
Mais je suis aussi toujours heureux de lire des avis différents, à moins de ne pas avoir compris votre propos mais j’avais l’impression que vous me prêtiez des propos qui ne sont pas les miens.

 

Cher Bruno,
Je suis aussi très certainement comme je suis maintenant grâce à toi. Ton travail a été une de mes grandes influences. Et pas que ton travail, ta personne tout autant.
Merci pour tes mots touchants, supers touchants.
Et c’est d’ailleurs la dernière fois que je me justifierai ici ou ailleurs. Merci pour cette libération: j’avais toujours cru devoir montrer patte blanche… idiotement. Effectivement je pense que mon travail suffit à répondre.

 

Chère Chanelle,
Oui je pense que c’est une magnifique bannière pour la pureté et c’est cette même pureté qu’apportent les Sumire dans leur musique et leurs personnes. L’ouverture d’esprit est vitale!!!
Surtout chez nous, qui espérons tellement que les autres en fassent preuve à notre égard.

 

23 – Megumi:

J’ai été fort peinée de voir ce secret ce week-end. Cette personne n’a pas compris le message que vous vouliez véhiculer, et s’est permise de vous faire du tort. Votre Fraise est une très belle demoiselle comme nous pouvons en croiser tous les jours au détour d’un chemin. Soyons fières de nos jolies courbes sous nos jupons !

 

Dita von Teese est pour moi la plus belle femme au monde. Elle incarne l’image de la Femme, élégante, sensuelle, et fière.
J’aimerai beaucoup voir l’art de l’effeuillage un de ces jours. Ce doit être très beau. *w*

 

C’est un sacré pavé. Il me semblait qu’il était intéressant à lire. Si vous avez tout lu, merci beaucoup!!!! J’espère que vous avez pu en retirer quelque chose! Et un immense merci à tous les commentateurs!!!
A la semaine prochaine!!!
Désolé pour le manque d’image…. j’en mettrai pour le prochain billet!

12 Responses to “les réponses”

  1. Llewella

    J’avais eu le temps de lire ton billet, mais pas d’y répondre, vu que je n’ai plus internet chez moi…
    Hum encore beaucoup d’idées intéressantes. J’avais un peu halluciné en lisant le secret, car il s’agit vraisemblablement de quelqu’un qui ne lit même pas ton blog, mais pour moi ça n’était pas plus intelligent qu’un truc comme : « Quoi ?? Elle représente les lolitas et elle ne porte même pas de robe de marque ??? » –‘

    Pour changer de débat, uuuh… tu as vu qu’il y avait aussi un secret à base de POULPE FRAISE ?? 😀

  2. Romain G.

    Débat interessant mais comme on te le dit, tu n’as pas a te justifier. En lisant ce blog,n importe qui peut se rendre compte de ta sensibilité et de ce mélange de respect de respect, d’ admiration et de fascination qui t anime quand tu parles de la féminité. D’ autre part te connaissant, je peux dire que peu de gens s emploient avec autant d’ énergie et d’ ardeur a défendre cet idéal délicat. Alors ne gaspille pas l énergie qu il te reste a t expliquer.

  3. Kimii

    J’ai tout relu, ce que je ne me lasse pas de faire d’ailleurs, tant il y a de belles leçons à tirer de ces commentaires. Le choix de ne pas se justifier est tout à fait juste. Sur ce, j’attends le prochain billet avec impatience !

  4. yahel

    « Qu’entendez vous par « dominés »? »
    M’enfin François, ce sont les femmes et les connotés femmes, en clair le genre féminin, qui forme le groupe social des dominés.
    Que j’écris plus souvent ‘dominées’ mais Agnès et moi n’avons pas toujours la même position (au fait Agnès, on se connait des Suiveurs, c’est juste que j’use ici d’un autre pseudo, je sais, c’est mal)
    Je rékipépète la célébrissime phrase:
    Hommes et femmes sont aliénés à des rôles de genre ( et aux media qui vont avec, ok) mais seules les femmes sont dominées.
    Ajoutons: dans ce système social ci, où les Droits de l’Homme sont ceux de l’homme blanc occidental plutôt pas pauvre.
    Je préfère donc largement employer la terminologie Human Rights, ou, à la canadienne, droits de la personne humaine.
    C’était un a parte, sorry.

    En fait, comme j’ai déjà dû le dire ici ou ailleurs, ce que pointe Agnès c’est le choix de la féminité que pense avoir le mouvement des lolitas (les événements nous dépassent feignons d’en être les organisateurs-trices).
    En clair, l’illusion d’un choix, puisqu’il s’agit d’aller dans le sens du vent: être hypra féminine (comportement et aspect vestimentaire) comme le propose le lolita, c’est aussi valider une réalisation de soi-femme en tant que définie par un aspect (socialement construit, est-il besoin de le préciser?) de la féminité, du côté de la femme-enfant, qui plus est.
    Donc admettons, moi féministe, j’aime me maquiller, me fringuer, papillonner des zoeilz et autres comportements de séduction (heu c’était y’a longtemps, lol) mais j’aime aussi m’habiller en camionneuse, rester nature et non apprêtée, continuer à être ronde pneumatique pas standard de magazine, et ce sans encourir ce regard indifférent/méprisant porté sur moi-femme, venu d’hommes ou de femmes, et bien connu sous la phrase ‘ha ben elle pourrait faire un effort pour s’arranger, quand même!’
    A noter, en général il est indifférent venu des hommes (vu que je ne fais pas d’effort sur le marché de la séduction) et méprisant du côté des femmes (de mon âge s’entend, car il les rassure: non je ne suis pas une concurrente sur ledit marché:-) mais je représente justement ce qui pourrait leur arriuver si elles ne s’arrangeaient pas- dans leur idée hein, chacun-e voit la beauté à la porte plus verte de l’autre, allez savoir pourquoi)
    Et au nom de quoi devrais-je m’arranger? Qu’est-ce qui fait ainsi obligation implicite ou explicite?Et pourquoi? Parce que je porte un sexe biologiquement femelle?

    …/…

  5. yahel

    …/…
    Bon, ce que je dis là, sous couvert de cette anecdote hyper répandue, c’est simplement qu’il ne faut pas se leurrer sur la notion de choix, le conditionnement social étant, par essence, implicite (s’il est explicite ce n’est plus du conditionnement) et sur celle de féminité/nitude qui est, elle aussi, socialement construite.
    Lorsqu’en plus on a pu subir, enfant ou plus tard, des violences symboliques ou très concrètes *parce qu’on est fille/femme* dans un monde fait par et pour les hommes du versant viriarcal, il est bien évident que s’hypra-féminiser en lolita est aussi une (re)conquête de soi, de ce soi qui été intrusé/violenté, qu’on le reconnaisse ainsi ou que ce soit inconscient.
    Je fais super schématique là, et j’espère ne blesser personne.

    Résumons nous: quand on choisit un aspect de soi à présenter socialement et/ou à vivre, il faut pouvoir le faire librement et en changer librement cad que les autres, autour, doivent non pas accepter vos choix mais simplement s’en fiche et/ou les respecter comme étant vosc hoix et n’ayant pas à être motivész, explicités, justifiés.
    Ben c’est pas gagné.
    Comme disait Spinoza (me semble, à vérifier) notre seule vraie liberté consiste en la connaissance de nos contraintes.
    A partir de là, on peut rêver.
    Et je ne m’en prive pas 🙂
    Sauf que là j’ai du boulot, pffff.
    Et du boulot à contraintes multiples re-pffff.

    Savez vous?
    Je pense que l’humour, le rire sur soi-même, sur nous pauvres humains, sauvera l’humanité, un jour.
    Alors le lolita voyez.. rions au nez des esprits chagrins, et lol it! (confer le ‘do it’ des babs…)
    (pardon pour le pavé)

  6. yahel

    Rhaaa, vu que j’ai lu en travers, j’avais pas lu ça « J’aimerais croire qu’une femme puisse défendre sa place face à l’homme sans le singer, donc en restant elle-même. » qui m’a déjà fait bondir sous la plume, enfin le clavier, du maître de céans.
    Humph, grmbl et grrrr.
    Parce que ce ‘rester elle-même’ veut donc dire ici là maintenant ‘rester féminine’, et donc rester dans le stéréotype de genre et non assumer sa propre et personnelle réalité intérieure et extérieure.
    Je sais plus en quelle langue il faut dire qu’être une femme n’est pas ‘être féminine’.
    De même qu’être un homme n’est pas ‘être masculin’ au sens correspondre aux standards viriarcaux, c’est quand même pas si compliqué à piger, brdl !
    (ha ouais, j’oubliais, une vraiefâm ne doit pas être grossière, en plus…c’est réservé aux vraizhoms…)

  7. Nella Fragola...

    Bon, je ne suis pas la mieux placée pour répondre, n’étant pas une féministe qui s’y connaisse.

    Je comprends très bien les propos de François. Il ne dit pas que pour être une femme, il faut être féminine, il dit bien qu’il faut être sois même, comme on en a envie, et si on aime se plaire et être belle, c’est un choix comme un autre non?

    J’aime moi aussi être pas maquillée, flemmarder sans bien m’habiller… Oui, il y a des jours où je ne fais pas d’efforts, mais il y a des jours où j’aime être bien apprêtée.

    Vous dites Yahel, qu’une femme qui se maquille et s’habille bien est forcément un stéréotype du genre… Non, mais c’est bête de penser comme ça… Dans ce cas, y a plus d’hommes, y a plus de femmes, on ne fait plus la différence???

    Et puis, il n’y a pas que les femmes qui ont envie de se parer, d’être jolies. Un homme peut aussi avoir envie de bien s’habiller, d’être beau de plaire ou de se plaire (dans le cas présent il s’agit surtout de se plaire et d’être bien dans sa peau ET ses vêtements); d’ailleurs, il y a de plus en plus d’hommes qui vont chez l’esthéticienne, ou se maquille, même légèrement!

    Et puis, ne pas oublier que même un homme est un homme, et une femme est une femme. Je veux dire, un homme a des caractères spécifiques propres à son genre, et la femme aussi. Ce que l’homme a la femme ne l’a pas pas, et ce la femme a l’homme ne l’a pas. Certes, ils y a des éléments communs à « l’humain » deux bras, deux jambes etc…

    Mais après? Un homme est fait pour être plus fort. Non, je ne suis pas une macho! Soyons juste réaliste. Une femme n’est pas pour autant faible: elle donne la vie et par ce fait doit avoir une force physique aussi, mais cela la rend plus vulnérable aussi… Ben oui, c’est fragile à ce niveau là…
    Et les parties génitales d’un homme sont fragiles aussi non?

    Alors l’homme et la femme ont tous les deux des forces et des faiblesses.

  8. Nella Fragola...

    Ca ne veut pas dire qu’une femme est bonne à faire la cuisine, et l’homme à bricoler: je connais des femmes bricoleuses et nulles en cuisine, et je connais des hommes incapables de bricoler mais doué en cuisine.

    De même, ce n’est parce qu’une femme décide d’être femme au foyer qu’elle est un stéréotype du genre, et un homme aussi pourrait être homme au foyer.

    Ah, ce qui m’énerve, souvent dans ce genre de discours féministe, c’est la place des hommes. Comme si tout était de leur faute (alors que les femmes ne font pas forcément d’efforts pour sortir des clichés, même lorsqu’elles ont la liberté de le faire)et surtout, pensez vous vraiment que les hommes n’ont pas leurs inégalités, eux aussi???

    Parce que les femmes crient facilement au machisme mais lorsqu’il s’agit de faire « égalité » avec les hommes dans certains domaines elles vont criés au scandales et dire que ce sont des femmes, alors elles ont leur droit propre? Je veux dire, c’est facile de se dire l’égal de l’homme, mais dans ce cas faut l’être pour tout…

    Parce que les papas, eux ne sont ils pas lésés? Combien de fois j’entends « l’enfant a plus besoin de sa mère que de son père », « la mère aurait forcément la garde », « la violence conjugale des femmes » et zut quoi, les hommes ont aussi envie de s’occuper de leurs enfants, et ils peuvent aussi souffrir de violence conjugale (oui, oui et oui! Plus souvent morale que physique!), les enfants ont autant besoin du papa que de la maman, et parfois, le père fait mieux le rôle de la mère que la mère!

    Zut zut zut!! Votre commentaire semble faire passer François pour un machiste, et le connaissant un peu, je dis non!

    Et moi même, j’aime être belle, maquillée, et je ne pense pas faire ça pour les hommes au contraire, je suis dans le lolita et souvent ils se moquent du lolitas, et généralement je pense plus à me plaire à moi, et ce sont les commentaires des femmes qui me font plaisir, oui! je préfère plaire aux femmes!

    Et faut arrêter quoi, parce que qu’on ne veut pas être un stéréotype de genre, faut plus se faire belle si on en a envie?
    Et un homme, s’il veut se faire beau?

    Y en oui, y aura toujours des stéréotypes de genre NORMAL puisqu’il y a DEUX genres et c’est comme ça! Ca ne veut pas dire qu’on puisse faire des choix perso, et être libre! On n’est pas en Afghanistan quoi!

    Alors oui, ça me fait chier les gros lourds qui me sifflent dans la rue, mais y a des femmes qui peuvent être de sales garces aussi quoi.

    Et je dis et pense tout ça malgré mon abus étant petite, et oui! Y a des choses peut être plus facile pour les hommes que pour les femmes, mais vice versa aussi… Et y a du bon et du mauvais partout.

    Voilà pourquoi je ne me dirais plus jamais féministe: je suis égalitaire, mais pour une vraie égalité, le jour où un papa aura autant de place et le jour ou la femme ne sera plus sifflée et emmerdée là on sera égaux. Car l’homme et la femme sont complémentaire…

    Mais ça n’arrivera peut être jamais…

  9. Mademoiselle Sha

    Héhé! J’aprécie l’allusion sur le post précédent mon cher François!!

    Je dois tout de même ajouter que parfois je suis fatiguée, mais vraiment fatiguée des sifflets et allusions plus ou moins libidineuses entendues dans la rue, l’idée me vient alors de laisser tomber et de me fondre dans la masse…

    Mais je me ressaisis très vite et repart conquérante avec mes jupes et talons hauts car c’est une lutte, une affirmation de soi. Personne n’a le droit de nous dire ce que nous devons porter ou pas, et si les mecs y voient un appel sexuel c’est leur problème, pas le notre!
    Adopter un style plus consensuel serait me mentir et mentir aux autres.

    Cette année le MLF fétait ses 40 ans, beaucoup de choses ont été accompli (Droit de vote, IVG, contraception, indépendance financière) mais beaucoup de choses restent à accomplir : salaires égaux, temps partiel imposé, double journée travail/ménage, ect…

    Quand nos mères ont brûlé leur soutien-gorge ça a été un acte libérateur, un symbole nécessaire : il a fallut sacrifier ces symboles de la féminité, les mettre au pilori pour repartir sur de bonnes bases, c’est-à-dire abandonner les carcans imposés par une société paternaliste et machiste afin de recréer notre propre féminité, celle des femmes qui s’assument sur tous les plans (financièrement, moralement…) et qui assument leurs corps mais pour cela je pense qu’une certaine forme d' »extrémisme » a été nécessaire…

    Le féminisme a donc pour moi énormément évolué puisque nous sommes parties de l’abandon de notre féminité -pour exister- à la réapropriation de cette même féminité et à l’exergue de celle-ci, hissée comme un drapeau à la pointe du sein, lancée à la face du monde -toujours quoi qu’on en dise Paternaliste-.
    Etre féminine -assumée, pas contrainte- cela peut-être aujourd’hui un acte de lutte social.

    Alors amazones de tout bord, que vous ayez choisie d’être lolitas, pin-ups ou ce que vous voulez, sortez fières de ce que vous êtes et de votre corps, de vos formes, de vos rondeurs, de votre sex-appeal, et ne laissez personne, jamais personne se permettre de vous dicter votre façon d’être!!

    Mademoiselle S.

  10. yahel

    « Vous dites Yahel, qu’une femme qui se maquille et s’habille bien est forcément un stéréotype du genre… Non, mais c’est bête de penser comme ça.. »
    Non ce n’est pas ce que je dis, je dis que le faire consciemment, en s’arrogeant le droit de le faire ET de ne pas le faire, comme on veut quand on veut, c’est féministe.
    Adopter un rôle qui est celui du stéréotype ou un autre est toujours adopter un rôle tout le pbme est de savoir pourquoi et pour qui on fait ce choix là à ce moment là.

    Par ailleurs, je ne dis pas non plus que François est machiste,(s’il l’est, moi je suis curé), je dis qu’il doit faire attention à comment il dit les choses, nuance,je le reprends sur des terminologies, parce qu’en fait je saisis bien ce qu’il veut dire 🙂 (ce qui répond aussi à son post suivant, car je ne suis pas non plus douée en rhétorique, je comprends donc sa frustration.
    Enfin, « puisqu’il y a DEUX genres et c’est comme ça » hé non, il y a un continuum biologique des sexes, et le genre est socialement construit sur une bipartition, si cette bipartition n’était pas hiérarchisée, le pbme du genre ne se poserait pas…mais elle l’est hélas.

  11. yahel

    « Ah, ce qui m’énerve, souvent dans ce genre de discours féministe, c’est la place des hommes. Comme si tout était de leur faute (alors que les femmes ne font pas forcément d’efforts pour sortir des clichés, même lorsqu’elles ont la liberté de le faire)et surtout, pensez vous vraiment que les hommes n’ont pas leurs inégalités, eux aussi??? »

    Rha bon sang, relisez moi, je dis: hommes ET femmes sont aliénés….
    Il est des femmes non féministes et des hommes profem, ai-je dit le contraire?

  12. yrch

    Il y aura toujours des personnes qui critiqueront l’aspect femme sur la communauté lolita.
    J’avais moi même été critiqué sur une de mes photos, trop « sensuel » pour certaines.
    J’ai hate de voir Fraise en BD, car c’est, je crois, un de vos projet!