Le portrait de Yumeko

Yumeko

 

Yumeko no Me

Voici le tableau dont je vous parlais le mois dernier (gasp! Déjà un mois???). C’est encore une fois Yumeko, l’héroïne de mon livre illustré, toujours le même, celui avec le texte de Jean Vincent. D’ailleurs des bonnes nouvelles sont arrivées la semaine dernière et je vois le bout du tunnel. Mais tant que rien n’est sûr, je ne vous saute pas au cou en criant victoire. je vous tiens au courant!

 

Donc ce tableau. C’est une commande. Je me suis régalé à la faire. Je l’aime beaucoup et j’ai envie de l’utiliser pour la couverture du mon livre. On verra.

 

Remarquez ses yeux! Ce sont des fraises!

24 Responses to “Le portrait de Yumeko”

  1. Grim

    Oh ? Je suis la première ? On va croire que je passe mon temps ici à guetter un nouveau billet…
    Magnifique, évidemment… ! J’aime beaucoup la manière dont vous travaillez la lumière, et ces yeux… c’est une très jolie trouvaille.
    Hum, je suis incapable d’ajouter quelque chose de plus subtil que des éloges. C’est qu’il se fait tard.
    (tenez, il n’y a plus les étranges petites lettres de l’espace à identifier…)

  2. Maud Amoretti

    Je suis vraiment content que vous deveniez une habituée, mademoiselle Grim! Et merci pour vos compliments!
    Etrangement, la photo déforme un peu l’image… les proportions sont légèrement différentes. Cependant l’essentiel est là.
    Pour les yeux, je voulais rajouter un petit élément étrange mais très lolita. La texture de fraise pour les iris m’est apparue évidente.

    Oui les petites lettres ont disparu. Il était temps!

    Avez vous passé une bonne nuit, Grim?

  3. L.

    Des fraises à la place des yeux ?

    Dieu du ciel !

    C’est du Burton période salade de fruit ? !

    Il y a des médicaments, pour « ça », Christophe ! : )

    (Jolie idée et joli ciel !) (je préfère le ciel, moi, quelle que soit la question initiale et celui qui la pose)…

  4. sylvain

    Hello François,

    Jolie illustration de Yumeko (on attends toujours les photos de la tienne, en vraie 😉 !

    Sinon, je t’ai envoyé un message (voir deux) sur ton mail, je ne sais pas si tu les consultes en ce moment.

    Des bises !

    PS : il y a de la matière dans ce blog !

  5. Maud Amoretti

    Miss P: merci pour les compliments!! Et vas vite acheter ta carte d’abonnement pour wow!

    L: mais oui, cette lolita-là a une fraise à la place du coeur et comme je ne voulais pas la dessiner en coupe, il a bien fallu que j’exprime ce détail par son regard.
    Je ne vois pas trop de Burton dans cette image-là… mais plutôt un grand coup de Rococo et de super lolita!
    Cette semaine est calme: personne ne m’a appelé Christophe. Tu es le premier! Yihaaa!

    Sylvain: Hooo! Sylvain!!! C’est ton premier commentaire!!! Merci!!!
    Oui, j’ai vu tes mails, pardon…. je suis à la bourre mais je viens juste de te répondre!
    Pour les photos de ma p’tite Yumeko, je dois aller acheter le satané cable qui va relier mon appareil numérique à mon ordi… et ça c’est une action compromise par le dieu mou, le bien nommé Flemme-d-aller-au-magasin-d-informatique-toc.
    De la matière? Dis m’en plus! Quelle matière?? Une bonne matière j’espère!

  6. sylvain

    Oui, DES bonnes matières, de belles illustrations surtout, et des brèves intéressantes ou/et amusantes (qui est ce Christophe avec qui on semble te confondre ?). Ca donne envie d’en faire un, mais je n’aurais jamais le temps de m’en occuper 🙂 !

    Je vais voir ton mail de ce pas !

  7. Mademoiselle P

    Hihi des fraises des fraises! Moi j’arrête pas de faire des gateaux en ce moment .. tu crois que c’est l’influence lolita?
    Patiente François patiente .. l’abonnement wow ce sera après mes épreuves ..

  8. Ulysse

    moi j’aimerais bien savoir qui a décidé de ce que serait la couverture…
    je viens de me relire pour une fois je suis pas trop critique: il y a des passages pas mal du tout…
    bisettes mon fanch!
    à tantôt…

  9. L.

    Pfioouuuu, si on aéchappé au dessin en coupe d’une lolita, alors sois-en infiiiiniment remercié par mon âme si sensible qu’elle a peur de l’absence d’ombre qu’elle dessine parfois sur le bitume ! Ouf ! Non, effectivement, je ne vois pas non plus de Burton dans ton illustr’ lumineuse, rassure-toi (et on ne voit l’importance et la qualité du travail qu’une fois cliqué dessus, c’est impressionnant), même si je vois par ailleurs du Burton partout (c’est ça ou Christophe, de toute façon) (la semaine n’est pas finie, alors ne crie pas Yiha trop vite non plus). C’est juste que le côté « fraise à la place des yeux » m’a rappelé le traumatique « enfant avec des clous à la place des yeux », par justement, Burton. Mais les fraises, c’est quand même plus sain, surtout avec un tel visage de sucre glace autour !

  10. Maud Amoretti

    Sylvain:
    recommentaire? Merci!!! Et maintenant, je dois répondre à ta réponse du précédent mail. C’est que je fais un peu (beaucoup) n’importe quoi récemment… et je vais te répondre avec du retard.

    Mademoiselle P:
    Des gâteaux??? Où ça? Où ça?
    Vas- tu me rejoindre sur la route des lolitas? Que j’en serais heureux! Une alliée! Je pourrais te montrer les différents chemins. Ulysse aussi mais il sera peut être moins pertinent. Il n’est pas lolita lui! moi je sais tout! TOUT!
    (en échange de gâteaux…?)

    Ulysse:
    Mais oui, je ne suis pas le seul à décider… mais c’est que je suis seul dans mon coin (un coin obscur, avec une vieille odeur de moisi) et je gamberge beaucoup! Et tu sais quoi? C’est pas nous qui allons décider de la couverture j’imagine…
    En ce qui concerne ton texte: tu le sais déjà, je l’adore! Il y a des passages qui me font planer! C’est un des meilleurs textes que je n’ai jamais lu!
    Bon sang! Il est génial ce texte!
    Oui, à très vite!!! Je compte sur toi!

    L:
    C’est que je ne fais pas dans le gore, moi! Je fais de mon mieux pour faire dans l’élégance. Mais je crois avoir fait un billet intitulé « mon coeur de fraise » avec une illustration de la même jeune fille.
    Pour les références burtoniennes: même si j’aime beaucoup le gars et qu’il a été une forte influence, je lutte de toute mes forces pour me débarasser des ondes extérieures. Je m’efforce d’être le plus proche de moi-même et c’est super dur.
    Donc je demande à Tim et à Christophe de me laisser tranquille pour créer une oeuvre personnelle.
    Au fait, tu as vu les dessins animés que Tim a fait sur l’enfant avec des clous dans les yeux? Sinon va jeter un coup d’oeil sur youtube.

    Bisettes à tous!

  11. L.

    Yargl ! Y’a des dessins animés sur ça ? Yaaarrrrglllll… (je ne suis plus là, j’ai déjà cliqué sur Youtube !) (si) (ce qui subsiste ici est une illusion).

    Je t’encourage évidemment sur la voie du personnel ! Mais le jour où tu es en panne d’inspiration, n’hésite pas : mélange Tim et Christophe ! Ce sera bien assez personnel, comme coktail, je pense (je n’ose même pas imaginer ce que ça pourrait donner, encore que Christophe a déjà le même squelette que Jack, à peu de choses près)…

  12. Grim

    Un univers personnel est la somme d’inspirations extérieures, avec la touche particulière de l’artiste, non ? La difficulté étant de sans cesse réinventer et enrichir cette « touche » et ne surtout jamais se contenter de copier… J’ai souvent entendu, dans l’écriture, certains dire qu’ils s’efforçaient de ne pas lire dans leur genre pour ne pas être influencés… c’étaient justement ceux qui n’avaient pas cet univers intérieur, et écrivaient tous un peu la même chose. Je trouve ça vraiment dommage. C’est là l’importance de la connaissance de son art… !

    Sur ces quelques considérations, bonne soirée à tous !

  13. Mademoiselle P

    Niaaaa Niaaaaa !! Sur la route des looolitaaaas.. je me sens toute envoutée par l’odeur des gateaux .. niaaa.. Je veux bien que tu me fasses plus amplement découvrir leur monde, et le tien. Pour sur je ne demanderai pas à Ulysse parce que de toute façon il n’aime pas les gateaux, pas les miens: il ne représente pas un bon parti, et du même coup pas un bon guide du monde lolita… quoique vous m’avez mis l’eau à la bouche avec votre histoire de texte génialissime.. bande de mystèrieuxcybernévrotiques!

    Conclusion: Francois c’est quand tu veux pour les gateaux: j’en ai une farpaite maitrise.. HéHé!

  14. Maud Amoretti

    L:
    Tout d’abord pardon parce que je suis vraiment vraiment en retard et que je ne suis pas allé chez toi depuis quelques jours…
    Oui oui, tout une mini série de DA a été réalisé par Burton peu après la sortie du livre Oyster Boy. C’est très expérimental, étrange.
    Et pour le mélange que tu proposes, heu… Tu es sûr? Tim et Christophe? Héhé, ça va être terrible!

    Grim:
    Oui, c’est très vrai! Un univers riche et personnel est très important. Vital!
    Pour ce qui est des influences, j’en suis submergé… je suis toujours en train de lire, de regarder, d’écouter, de rencontrer. C’est dans ce flot que je me complais et c’est dur parfois de ne pas copier. Parce que quand on aime la copie est facile et parfois inconsciente. C’est pour ça que je disais à L que je luttais pour éviter cela.
    Regardez ce portrait par exemple, quelles influences y voyez-vous? C’est l’univers lolita. La fraîcheur du personnage penche du côté de Imai Kira. L’esprit, du côté de François Boucher. La pose, du côté de Elisabeth Vigée-le Brun. Les traits, c’est du pur néo-japonisme. Et je pourrais continuer longtemps (c’est une robe de Baby, The Stars Shine Bright, etc).
    Je sais ce que je fais maintenant et j’arrive à plus ou moins trier. Mais c’est une passe d’arme à chaque image. Pourtant, j’ai l’impression d’être fidèle à ce que je suis. D’avoir une touche personnelle.

    Et j’espère du fond du coeur que cette touche vous plaît Grim!

    Mademoiselle P:
    Oooh! Oui! C’est une route toute sucrée, douce mais difficile. Avec en récompense de fidélité, des robes de rêves, des gâteaux et de la poésie.
    Ulysse est déjà un guide, dans sa spécialité, la philo. Même s’il participe pour moitié à notre projet, c’est moi qui aimerait prendre cette place de guide de l’univers lolita. Je l’ai tellement là, en moi. Au chaud.Que j’ai terriblement envie de le partager!

    Oui, le texte est formidable. Et je ne t’apprends rien quand je te dis que Ulysse est un merveilleux écrivain.Je me demande si je ne vais pas mettre juste un passage…

    Des gâteaux!!!! Oui des gâteaux!!!!!!!

  15. Mademoiselle P

    Mais je suis toute disposée à suivre le guide… je suis libre dans deux semaines..

    Voui Ulysse est un bon guide en matière de philo, ça c’est sur! Et un merveilleux écrivain, pour le peu que j’en ai lu je ne te le fais pas dire! Hmm moui un petit passage tout petit ne serait pas de refus!

    je t’amènerai du gateau si on prévoit un rdv suffisamment à l’avance! (Quoiqu’un petit régime ne me ferrai pas de mal ..hum!)

  16. Hairy.K

    Bonjour François!

    enfin je vois ce tableau terminé! Et quel résultat surprenant! Je le trouve superbe. Attention ma commande ne va pas tarder à tomber!
    Et au fait, moi aussi j’attends des photos de ta petite dernière! J’ai fais le tour du blog c’est…comment dire…vraiment toi! Je suis une grande fan.

    Pour ma part, je ne te trouve aucune ressemblance avec le chanteur! Mais Johnny Deep dans « fenêtre secrète » pourquoi pas! 😉

    Bises à très bientôt!

  17. Maud Amoretti

    Mademoiselle P:
    Je vais mettre un passage, c’est décidé! Mais je vais quand même lui demander avant.
    Pour la visite, d’abord, vas jeter un coup d’oeil sur le site qui s’appelle God save the lolita. J’ai découvert le site par LoliPauline et c’est de loin le plus complet que j’ai pu trouver.
    A très vite alors!

    Hairy.K:
    Oui c’est enfin terminé! Audrey a aussi pris des photos avec le cadre et ça rend encore mieux! Des qu’elle me les envoie, je ferai un nouveau billet.
    Et je suis prêt pour ta commande!
    Pour les photos de ma p’tiote et ben… je dois aller acheter un cable pour faire les transferts… quel ladre, n’est ce pas?
    Je suis heureux à nouveau: une nouvelle période sous le signe de Johnny Depp? Alors là, tu me fais plaisir!!!!

    Et surtout merci d’être venue, chère Hairy.K!

  18. L.

    Alors là, je souscris tout à fait à ce qu’à écrit Grim, ça m’a enthousiasmé parce que c’est, en peu de mot, ce que je considère comme la richesse première et essentielle de l’acte créatif, en tant que somme ET dépassement. Créer, c’est s’inscrire dans un grand mouvement universel, être un maillon d’une chaîne et ne pouvoir être que cela. C’est pour ça qu’effectivement, ceux qui se veulent chaîne à eux seuls non seulement se fourvoie mais manquent de respect envers ceux qui les précèdent, voire le mouvement lui-même (c’est bien métphysique, tout ça)… Après, je dois admettre que quand j’écris un premier jet, il faut que j’arrête de lire parce que sinon, après, on me dit que j’ai tout piqué à Bradbury, mais il n’en demeure pas moins que je tiens absolument à ce que l’influence fasse partie de mes productions, c’est rendre un peu de ce qu’on m’a donné…

    Quoi qu’il en soit, l’essentiel est… Le dépassement. Comme chez Yoshitaka Amano, qui emprunte énormément, mais à sa manière. Ou Yoko Kanno, qui est souvent aux extrêmes lisières du plagiat, mais avec sa touche à elle…. Pour moi, ce sont de grands artistes. Pour d’autres, ce sont des usurpateurs… Tout est une question de point de vue.

    En tout cas, c’était effectivement très méchant d’appater comme ça le chalant avec l’histoire du texte d’Ulysse, chalant fort dépité quand, passant par Théodyssey, il se rend compte qu’il ne pourra pas en lire une seule ligne là-bas. les chalants attendent donc l’extrait avec impatience !

    Sinon, les yeux pleins de larmes retenues, j’ai fouillé Youtube à la recherche des DA de Burton mais je n’ai toujours pas trouvé les siens, vu qu’il y a une foultitude de productions amateurs sur le sujet… Mais je ne désespère pas ! Haro !

  19. Grim

    Vous avez une bien meilleure capacité de synthèse que moi, L ! Somme et dépassement, c’est exactement la formule qui convient. Faire d’un plus un trois.

    C’est vrai que résister au plagiat (plus ou moins grand) d’une oeuvre qui nous a récemment marquée est compliqué, il me semble que c’est d’abord un problème de confiance en soi et en son travail. C’est en tout cas comme ça que je fonctionne.

    Et bien sûr que votre touche personnelle me plaît, François ! Si votre travail ne présentait aucun intérêt à mes yeux, je ne serais probablement pas là !

    Il y a une forêt noire qui m’attend, je ne voudrais pas la faire languir plus longtemps… bonne après-midi à tous !

  20. Barbara Canepa

    Super beau! Et en plus est tres juste pour une cover.
    Est a immaginer une bonne maquette et sera top!

    UOAH! Je suis ravvi pour toi.

  21. Maud Amoretti

    L:

    Bon sang, je vais t’engager pour parler et surtout écrire à ma place… Tu décris parfaitement ce que j’essaye de dire depuis deux ou trois commentaires… Pfiouuuu, c’est dur d’être nul…
    Moi je me vois souvent comme un saumon(!) en train de remonter un courant. Il y a un aspect lutte dans la création, pour être suffisamment original afin d’être reconnu puis de garder l’inspiration pour se maintenir au niveau ou au mieux de se dépasser que plus.

    Bien d’accord pour Amano et Yoko Kanno. Mais toujours bien dans la démarche!

    Je vais te chercher les liens pour youtube… je les ai quelque part…

    Grim:

    Vous aussi, vous vous débrouillez bien mieux que moi avec les mots. Et comme vous le faites remarquer, la confiance en soi est tout à fait vitale à la création.
    Mais vous insinuez que vous aussi vous créez… que faites-vous? C’est intrigant… j’aimerais bien voir/lire/…

    Je suis bien content de vous lire ici! Je vous l’ai déjà dit: votre présence m’est importante!

    Mmmmm… une forêt noire! Miam!

    Barbara:

    Ah je suis si content que ça te plaise! J’imaginais une couverture un peu dan le style du Bunnies and Bees de Mark Ryden. Tu vois ce que je veux dire? Un camé au centre et une reliure en tissu.

    Dis! Dis! On se voit quand????

    LoliPauline:

    Oui! oui! Et moi je suis toujours content de te voir ici! Et chez toi!!!
    Au fait, très bien tes derniers billets! Vive Kira! Vive Tsubaki!

  22. L.

    Holà, holà, point d’effusions, je suis comme vous tous, humains, mais plus cool, en plus barraqué (lol) et en plus avenant, évidemment, mais c’est normal puisque c’est MOI.

    Plaisanterie mise à part, je ne peux pas cautionner tant d’enthousiasme par rapport à mes lignes surtout que, les ayant relues, j’y ai trouvé moultes fautes de syntaxe et surtout, surtout, un « ent » qui manque enfin de verbe : si j’avais de l’amour-propre, ce serait la honte sur moi jusqu’à la quinzième génération. Non, je ne fais juste qu’exprimer mon ressenti et suis d’autant plus flatté que tu t’y retrouves.

    Je souscris aussi à ce que tu écris (je vais prendre un abonnement), mais j’ai quelques doutes sur « être original pour être reconnu », parce qu’aujourd’hui, on a quand même plus de chance d’être reconnu en entrant dans un cadre bien défini, hélas…

    Bien vu, le saumon… Pour ma part, je me vois quand même plutôt en alchimiste (étant fan des deux frères Elric) : j’ai ma matière d’un côté, la matière qui m’est donnée directement ou indirectement par telle ou telle oeuvre et à moi de trouver la pierre philosophale qui permettra de fondre les deux en quelque chose d’à la fois semblable et différent (qui ne soit pas du plomb, si possible), quitte à devoir ensuite payer l’échange équivalent et y perdre métaphoriquement mon bras et ma jambe. On prend éprouvettes, alambics et tubes à essai et on décompose, on essaie de trouver la structure « moléculaire » de ce qui nous plait, nous touche, nous parle, pour trouver l’élément primordial qui a un tel effet… Il ne reste plus qu’à ne garder que cette « essence » et changer l’habillage moléculaire et…

    Hum, j’arrête là, le docteur arrive…

    Oh, et merci d’avance de la part d’un handicapé du Youtube pour les liens sur Burton ! Ton karma te le rendra !