Kokusyoku Sumire – dernières nouvelles

Yuka et Sachi des Kokusyoku Sumire

 

Les Kokusyoku Sumire avec un exemplaire de Vogue Japan

Pendant que d’autre(s) attende(nt), Yuka et Sachi de Kokusyoku Sumire font un sacré chemin, un chemin de rêve.

 

Ces deux-là ne sont pas le fruit d’un investissement d’une major ou d’une chaine de télévision, ne se sont pas rencontrées au cours d’un casting pour lolita. Elles ne sont pas comme Kitade Nana ou Wakeshima Kanon(production Mana sans originalité qui utilise une drôlesse qui sait manier le violoncelle. Le résultat est une jpop banale mais avec un violoncelle). Elles se sont faites elles-même.

 

Dans le numéro de juillet de Vogue Japan, elles sont citées dans un article intitulé « Tokyo Beauty Icons », sous titré « ces femmes qui inspirent le monde ». On le retrouve à côté de Kuriyama Chiaki, Mori Riyo(miss univers) et Tominaga Ai. Elles sont neuf femmes à être présentées. Et c’est une rétropective depuis les années 70. Formidable? Incroyable!

 

Puis elles s’attaquent à la bande originale d’une adaptation d’un livre de Dazai Osamu: Shayo/斜陽. Dans lequel on retrouvera Sato Eriko.

 

On ne s’arrête plus sur leur amitié avec Tim Burton. Ce dernier les a d’ailleurs invitées à sa Halloween Party privée à Londres. Les verront nous dans son Alice in Wonderland? Plus que probable. Physiquement ou musicalement, le thème les requiert.

 

Si vous ne les connaissez pas encore, je ne peux que vous inviter à tendre une oreille dans leur direction. Leur musique, unique, est certes réservée à un public adulte. Nous sommes loin des standards jpop et du visual kei. Mais c’est une expérience incontournable de la culture lolita et au delà.

 

Originalité, virtuosité et féerie.

17 Responses to “Kokusyoku Sumire – dernières nouvelles”

  1. Grim

    Je suis très fatiguée ce soir donc désolée pour d’éventuelles fautes…
    Je suis très heureuse pour elles, j’espère qu’elles feront une belle et longue carrière, elles le méritent largement ! Elles sont inventives et bourrées de talent, et réussissent avec leur style bien particulier, et je vais arrêter là parce que je pourrais épiloguer longtemps…
    Longue route à elles !
    (et vivement qu’arrive chez moi le DVD…)

    Oh, et pour éviter de m’éparpiller, concernant votre message sur le billet précédent, vous n’avez pas été confus du tout, et j’ai encore plus hâte de lire ce livre. Patience patience… j’attends les prochaines nouvelles !
    Quant à mon moral, disons que c’est une série d’évènements un peu difficiles, mais qui va s’arranger avec le temps. Mais avec de bonnes doses de lecture et d’étude, tout passe…
    Vous aussi, vous pouvez compter sur moi, et sur toutes les lolitas même si elles ne le savent pas… !

  2. Maud Amoretti

    Grim:
    Effectivement, elles méritent leur succès. Elles y travaillent depuis l’âge de trois ans.
    Oui vivement que votre DVD arrive! Il est très bien et en bonus, vous pourrez vous moquez de ma bouille affreuse! Héhé!

    J’espère que tout va s’arranger pour vous, Grim et je vous envoie toute mon amitié et mon soutien. Le plus difficile est de tenir bon lors d’événements facheux afin de continuer à avancer. Et je suis bien d’accord, lecture et étude aident. Mais aussi création(écriture pour vous) et amitié.
    Je suis heureux de pouvoir compter sur vous. Faites de même s’il vous plaît! Comptez sur moi, Grim!

  3. L.

    Ce sont des amies de Tim Burton ? Mais pourquoi personne il ne me dit jamais rien, à moi ? ! Pourquoiiiiiiii ? ?

    Je suis allé écouter un peu sur Youtube ! Quand on a pas baigné dedans depuis le commencement, c’est assez déroutant mais original, agréable et inspiré… Maintenant, liassez-moi quand même le temps de m’habituer à tout ça !

    Moi visual key, jpop, tout ça, je connais à peine (Gackt, parce qu’il chante dans Dirge of Cerberus ! On ne se refait pas)…

    Ceci dit, c’est tout le drame quand on a un univers propre : soit on est ignoré et raillé, soit on se retrouve copié de toute part…

  4. Maud Amoretti

    Le visual kei est un genre bien étrange… qui ne m’a jamais plu à vrai dire. Sinon pour les costumes des musiciens. C’est une sorte de croisement entre de la pop glam, de la new wave 80′ et du hard fm. Oui hard fm, parce qu’à part quelques morceaux légèrement énervés très râres, ça reste très sirupeux.
    Par mon travail, je dois en écouter, parfois traduire des interviewes mais aucun n’arrive à me fasciner. Pour l’anecdote, le leader du groupe Versailles, Kamijyo, se prend pour un vampire de lignée pure. J’en rit toujours.

    Kokusyoku Sumire, c’est autre chose. Vraiment aucun lien avec le visual kei. Déjà, elles ont commencé à étudier la musique à 3 ans. De la musique classique. Font leur musique sérieusement mais ne sont jamais hautaines, et sont toujours proches de leur public. Elles sont l’une des incarnations de l’esprit lolita.

    Qu’est ce que tu aimes comme genre musique, L? Si ça t’intéresse, je peux te conseiller quelques trucs.

    Quant à l’ignorance ou à la piraterie, je suis bien d’accord…

  5. Maud Amoretti

    « Qu’est ce que tu aimes comme genre musique, L? »… comme genre DE musiques!!! Pardon! Faudrait que je pense à me relire…

  6. L.

    J’ai jeté une oreille (rien qu’une) au Visual Kei sur Youtube, toujours, et c’est exactement tel que tu le décris, avec un côté too much qui hésite entre le sympa et le franchement crispant, surtout qu’il y a un décalage avec le côté souvent « varièt' » de la musique. Finalement, y’a que Gackt qui m’a pas trop fatigué, mais c’est du parti-pris : juste parce qu’il ressemble à Cloud (enfin, on va dire que c’est plutôt l’inverse) et que jouer Vincent Valentine sur fond de Longing dans Dirge of Cerberus, c’est quand même assez trippant.

    Il y a un truc qui m’intrigue, là, par contre, et j’espère ne pas être trop indiscret mais c’est quoi, au fait, ton travail ? Parce que vu d’ici, ça a l’air furieusement intéressant, minde de rien. Je dis ça, c’est un peu de la nostalgie aussi : c’est mon dernier jour, aujourd’hui, là où je bosse, bouh. Toutriste, le L.

    Ce que j’aime comme genre de musique ? Vaste question ! En général, ou dans le micro-macrocosme nippon ? En général, c’est moins une question de genre proprement dit que de coup de coeur, mais je suis plutôt pop-rock standard, avec en ce moment un gros béguin pour Thirteen Senses et Muse, mais après, j’ai super-accroché aussi à l’album sans nom de Sigur Ros (forcément). J’essaie de ne pas trop cloisonner. Du coup, j’ai aussi le requiem de Mozart, du Lene Marlin pour déprimer sans complexe, du Bowie, etc, etc, etc…

    Question musique jap’, disons que c’est un milieu que je ne connais qu’en pointillés : j’ai essentiellement des B.O., et flashe plus sur les musiques que sur les chansons parce que j’ai un peu de mal avec le japonais chanté (le côté haché et liés des syllabes, principalement, qui fait qu’on ne « sent » pas des phrases mais de longues litanies sans structures. Car je suis un profane en la matière. maintenant, il y a des morceaux sur lesquels les interprètes s’affranchissent de ce léger inconvénient -et encore, c’est une question de goût, d’habitude et de culture- et dans ces cas précis, le résultat est magnifique. Je pense notamment au générique de fin d’Arslan Senki 1, au vocal de Kaze no Tairiku, au générique de clôture de Chihiro, à l’intro de Lodoss TV, etc, etc…), donc je reste terriblement conventionnel à écouter surtout du Yoko Kanno (malgré l’aspect plagiat, ça fait de chouettes compiles), du Yuji Kajiura (forcément, et donc un peu de See-Saw), du Nobuo Uematsu et du… mince, j’ai oublié son nom. Le gars qui signe les musiques de Xenogears. Je ne demande d’ailleurs qu’à élargir mes horizons, en la matière, et à tordre le cou à mes préjugés d’occidental pantouflard, donc effectivemment, j’attends tes conseils avec impatience !

    Merci d’avance !

  7. Maud Amoretti

    Ton dernier jour? C’est une bonne chose? Et après que vas tu faire? Tu ne vas plus avoir le temps de t’occuper de tes blogs…

    Mon travail? C’est que je fais plein de trucs différents… A la base je suis illustrateur puis ensuite dessinateur. Mais je suis aussi graphiste(métier que je n’aime pas). Et mes facilités en japonais m’apportent un peu de travail: essentiellement de l’interprétariat et des traductions(courtes, du coup, interviewes). Pour le japonais je fais surtout ça occasionnellement pour dépanner. Mais j’ai fait l’interprète pour quelques groupes sympas, par exemple Mono. ma plus grosse expérience était la tournée française des Kokusyoku Sumire mais ce n’était pas du travail vu qu’elles sont mes amies. C’était plus « petit voyage en France entre amis ».

    Alors voici quelques conseils:
    -en post rock: puisque tu aimes Sigur Ros, je te conseille Mono.
    -en pop: Koyama Erina, Chara, Supercar, Furukawa Miki(ex-supercar).
    -en pop cheesy: Capsule et surtout Perfume. Perfume c’est terrrrrrrible: c’est de la technopop chantée par 3 créatures mi-filles, mi-hamsters, dotées de voies extraordinaires! Mais attention, là, c’est du super super cheesy!

    Si tu ne trouves rien de tout cela, ni dans mes liens, ni ailleurs, on réfléchira à une autre solution. Une compil’ par exemple que je t’enverrais par la poste.

    Regarde dans la colonne de droite « à écouter ».

    Ah oui, et puis, après la cuisante expérience de la BD expo, je suis parti vivre à Tokyo pendant de longues années. Ce n’est que peu que je suis revenu vivre en France avec ma p’tite femme nippone. Mais je regrette ce choix et espère repartir au plus vite.

  8. L.

    Dernier jour… Non,non, hélas, ce n’est pas une bonne chose pour monsieur coeur-de-musaraigne, même si ce n’était qu’un contrat précaire, payé au lance-pierre atomique et si je savais bien que ça n’aurait qu’un temps. En bonne éponge émotionelle que je suis, je m’y étais (une fois de plus, et malgré toutes mes précautions ridicules) attaché plus qu’il n’était raisonnable de le faire (mais ça, je ne m’en suis rendu compte que le dernier jour, évidemment, c’est la loi du jour) : au collègues, aux gosses (c’était en collège) et même aux meubles et au travail lui-même. Du coup, je suis en mode gros blues (d’autant que je ne vois pas miss « capturer le vent » avant lundi ! ; ) )…

    Pour le blogging, je vais donc être effectivement moins présent la semaine (voire pas du tout, soupir), vu que je serais partagé entre les relectures papier de mon bouquin et un bénévolat où je n’ai pas d’accès informatique mais promis, promis, je me rattraperais le week-end pour des raisons identiques à mon présent coup de blues.

    Donc si toi, Mademoiselle P ou Lolipauline me trouvez un chouia silencieux, dites-vous bien que ce n’est pas du snobisme et que je ne vous ignore pas ! Je ne vous oublie pas ! Je répondrai à tout, et même plus (une mauvaise habitude ?) !

    Et sinon…

    Alors comme ça, t’es multi-multi casquettes ! La classe ! ça doit être aussi intéressant qu’enrichissant ! Vu de l’extérieur, en tout cas, ça fait envie ! (oui, oui, même le côté graphiste ! D’ailleurs, je me demande pourquoi tu n’aimes pas, au passage. Dans l’idée que j’en ai, c’est quelque chose de créatif quand même, non ?).

    En tout cas, je commence à passer mon temps à te remercier mais c’est sincère : merci, donc, pour les conseils audios ! C’est exactement ce qu’il me faut pour tenir le blues à distance aujourd’hui ! Dès que j’ai fini mon petit tour des blogs, je m’attelle à découvrir tout ça, en espérant que je trouverais sur Youtube, parce que je ne suis pas plus informatiquement dégourdi que ça, hélas !

    Et enfin…

    Bon sang… Vivre à Tokyo, ça doit être une sacré expérience quand même ! Le retour à France Land doit effectivemment donner toute sa dimension au terme de désenchantement… Ceci étant, tu as quand même eu une sacrée chance ! Moi, le seul pays exotique où je suis jamais allé, c’est la Belgique, lol. Un peu comme Silent Hill, mais en plus grand. Et en plat.

  9. L.

    Yes ! juste pour dire : j’ai fait un rapide tour d’horizon que j’approfondirais sans doute dimanche mais bingo, tu as mis le doigt dessus, j’accroche à tout, et tout particulièrement à Mono (c’est vrai que ça sonne Sigur Ros !). Par contre, pour Perfume, j’avoue que ça m’a laissé un chouïa songeur et dubitatif : je trouve ça excellent, mais au second degré. Un poil trop cheesy pour moi quand même !

    Ceci dit, pour l’instant, j’ai à peine découvert alors qui sait… Avec le temps, les tendances pourraient s’inverser !

  10. Guillaume Bianco

    Excellent , ‘faudra que je me penche d’un peu plus près sur leur travail….
    J’espère vraiment que le truc avec Burton pour Alice va se faire….Ca serait top!

  11. Maud Amoretti

    L: Bien, tu commences à écouter de bonnes choses! Pour Perfume, c’est vrai que c’est excessivement sirupeux mais tout leur charme est dans leur excès. Les reines du Cheesy! Et bien sûr, il faut l’apprécier au second degré avec des glaçons et un zeste de citron.

    Oui Tokyo est ma ville d’adoption… la première fois que j’ai été heureux dans ma vie, ce fut là bas. Il n’y a qu’au Japon où je n’ai jamais senti de couteau dans mon dos. Par exemple, au Japon, mon travail est rémunéré. En France, je bosse gratuitement pour tout le monde. C’est bien la sécu mais ça commence à me gonfler, et puis j’ai faim! Je rêve de faire mes débuts ici. Au moins un livre, même un seul. Et puis retomber dans l’oubli…

    Guillaume: Oh que je suis content de te lire ici! Et oui, tu te dois de te pencher sur leur travail: il est exceptionnel.
    Pour le Alice de Burton: que dire sinon qu’elles s’y sentiraient chez elles. Qu’elles sont sont faites pour y figurer, d’une manière comme d’une autre.

    Tu fais quoi cet été? On se fait une p’tite bouffe?

  12. L.

    ça fait effectivemment du bien d’ouvrir un peu mes horizons musicaux, vu que je ne peux pas bosser sans musique, ces derniers temps, je tournais un peu en rond et là, tout un nouvel univers s’offre à moi pour tenter d’égayer mes après-midi de calvaire ! Je suis sûr qu’à ce rythme, je vais finir fan inconditionnel de Perfume, surtout si je trouve des glaçons et un zeste de citron ! Pour l’instant, Mono reste mon préféré, tout à fait ce qu’il me fallait !

    Il y a moyen d’être heureux à Tokyo ? Oh ben je vais m’expatrier, alors, juste pour voir l’effet que ça fait. Seul hic : avoir appris le japonais avec Dragon Ball Z, ça limite les possibilités d’interactions avec les voisins immédiats…

    Quand à « ça » : « En France, je bosse gratuitement pour tout le monde. C’est bien la sécu mais ça commence à me gonfler, et puis j’ai faim! Je rêve de faire mes débuts ici. Au moins un livre, même un seul. Et puis retomber dans l’oubli », j’aurais pu tout à fait l’écrire à l’identique. On va pouvoir faire un club, parce que c’est vrai que c’est usant. La France, c’est culturellement parlant un pays ultra-conservateur et réducteur, un vrai tue-l’imaginaire et amoche-bien-la-différence… Simplement, moi, je croyais que c’était dans tous les pays pareil. Il faut croire que non.

    J’aurais dû m’en douter en voyant des trucs comme Haibane Renmei…

    Bonne semaine, quoi qu’il en soit !

  13. Anonymous

    Capsule : album « flashback ». Impossible de ne pas bouger sur ces titres (à moins de n’avoir aucun, mais alors aucun sens du rythme 😉

    Sinon, très jolie ton illustration « reloaded » François !

    A bientôt,

    Sylvain.

  14. L.

    Mais oui, mais oui, je n’ai aucun sens du rythme, c’est même une maladie. Le temps que mon cerveau analyse le beat et commande à mes membres, je suis déjà à contretemps (dans tout ce que je fais, dans tout ce que je dis, dans tout ce que je suis)…

    En ce moment, je creuse à fond la piste « Mono », j’ai vraiment flashé. Dommage qu’on trouve si peu d emorceaux sur Youtube !

    Allez, aujourd’hui, je vais varier avec Capsule alors !

  15. Maud Amoretti

    Désolé pour le retard les amis… trente six mille choses à faire et un manque de sommeil considérable…

    Sylvain: merci pour ton nouveau passage ici!
    Oui Capsule c’est pour moi l’incontournable de la technopop/electro/dance japonaise. Je pense à l’album Fruit Clipper aussi et Sugarless Girl.
    Et je réponds au plus vite à ton mail!

    L: Pour ce qui est du problème français… je pense comme toi. Ici, il est difficile d’innover. Les idées nouvelles sont préférées tues. Parce qu’elles ne trouveront de toute manière aucun public. La plus grande innovation artistique française de ces dix dernières années reste la star academy. Avec la crise, je pense que c’est un peu pareil ailleurs. Par contre(pour ce que j’en connais), un projet bien pensé, dans lequel on croit dur comme fer, pour lequel on est prêt à se battre, et même s’il est très original verra le jour au Japon ou aux US. Pas en France. De la même manière que les français sont toujours persuadés que les dessins animés sont réservés aux enfants. Hahahaha!

    Côté musique… Mono est très bien! Excellemment bien. J’ai acheté me disques sur Amazon où ils étaient à des prix incroyablement bas(en utilisant le marketplace). L’album le plus cher m’a coûté 6 euros. Oui, moi j’achète les disques: je suis trop attaché à l’objet pour pouvoir télécharger…

    Côté rythme… écoute Capsule, Perfume et consort et je suis sûr que tu te sentiras une petite danse.

  16. L.

    Je vois en effet qu’on se rejoint sur notre idée du rapport conflictuel entre France et créativité. J’essaie de ne pas être trop snob, mais je suis quand même consterné qu’un pays qui a jadis rayonné d’une telle aura culturelle (pays des Lumières, quand même) se soit tellement gargarisé de ce passé glorieux qu’il ne s’avise même pas de s’en extirper, ou alors n’importe comment. Les acteurs jouent au cinéma comme au théâtre (sans réaliser que le surjeu indispensable au théâtre devient ridicule face à une caméra), raconter une histoire est indigne (donc soit on ne le fait pas, soit on le fait clairement pour des débiles avec un schéma narratif de base et répété jusqu’à écoeurement : Joséphine ange gardien, l’instit’, and co), on ne loue la nouveauté que s’il y a eu un gros batage médiatique parisien organisé avant la sortie… On ne fait que suivre (dans le meilleur des cas). là où on est le moins à la ramasse, c’est sans doute dans le domaine des jeux vidéos (parce que ce n’est pas un domaine prétenduement sérieux, alors on est sans doute plus libres).
    Quand je vois nos séries TV, nos films, nos bouquins, nos dessins animés, nos chanteurs (là où on est le moins mauvais, ceci étant), etc…, je ne peux qu’être consterné. Même quand c’est assez bon (pour être gentil, un peu), ce n’est jamais inventif, ou alors tellement n’importe comment que c’est de la pure complaisance artistique (et ça ne vaut pas mieux).

    Voilà, c’était mon cri du coeur.

    Et le pire c’est qu’effectivemment, quiconque souhaite s’écarter des sentiers battus est condamné à l’exil, parce qu’ici, ben ce n’est pas la politique de la maison. Or, ailleurs, en la matière, ils ont déjà ce qu’il leur faut. Moi, dans ma grande naïveté, je suis convaincu qu’il y a tout un vivier d’artiste en france qui pourrait renouveler tout ça, mais qui sont condamnés à rester confidentiels parce qu’ils sont trop « hors-norme ».

    Lamentable.

    Moi, en tout cas, artiste ou pas artiste, mon credo, c’est de vouloir raconter des histoires, et si possibles de bonnes histoires. Alors si un jour tu te réexpatrie, emmène-moi dans tes bagages, je ne prends pas plus de place qu’une trousse de toilette.

    Oh, et plus triste encore ! La Star Academy n’est même pas une innovation française ! Snif. la dernière innovation artistique française télévisuelle, ça doit être la cuisine de Maïté.

    OOh, et encore un point commun : moi aussi, j’achète mes disques ! (et le reste aussi, monsieur l’agent). D’abord, j’aime la matérialité de l’objet (je suis très passéiste, comme gars). Ensuite, je trouve que c’est respecter l’artiste (même si la majeur partie du fric va aux producteurs, hélas). Enfin, le packaging, le livret, les photos et tout, pour moi, font partie du disque en lui-même, en tant que prolongement. Après, je suis tellement excessif que je n’achète pas d’occase. Ceci étant, je ne pensais pas que Mono était si facile à trouver mais de toutre évidence, je vais pouvoir acheter ça sans trop de problèmes ! Tant mieux, tant mieux. je m’y attele dès que j’ai cinq minutes ! Si tu as un conseil, pour un premier achat, je suis preneur !…

    Quant à la petite danse… Ce sera sans doute pour demain ! Je manque de temps aujourd’hui. Ceci étant, je danse comme un canard, ce qui fait que je n’excelle que sur la danse des canards (qui manque un peu d’intensité dramatique pour m’emballer vraiment quand même).

  17. Maud Amoretti

    Tu n’es pas snob du tout! Ou alors on est snob tous les deux. Par contre, tu dis que nos chanteurs sont peut être à sauver… tu penses à qui là? Parce que moi, je ne vois personne digne d’intérêt… Et ce n’est pas le retour des Beruriers Noirs ou de Gogol 1er qui m’enthousiasme vraiment… je saute tout ce qui passe à la tv, à la radio… Bientôt le grand retour de Noir Désir: c’est ça le leader du rock français? Bon, pardon, j’arrête.

    Oui, la France n’est plus le pays des arts. C’est finalement un pays artistiquement conservateur. On se contente de notre passé historique/littéraire/artistique qui sert de vitrine à touristes. Pourtant, c’est vrai qu’elle est belle notre culture. Notre langue aussi est magnifique. Mais notre apport culturel récent au niveau mondial s’arrête à Claude François.

    Tu parles de la star academy. Il y avait un concept similaire au Japon au début des années 90: Asayan. Il en est sorti les Morning Musume. Puis l’émission s’est vite épuisée au bout de quelques courtes années. On va continuer encore longtemps, nous?

    oui, lamentable.

    Pour les disques de Mono, je te conseille l’album One Step More and You Die pour commencer. Je pense que c’est leur plus bel album. Ayant vu le concert pour Are You there, je l’aime bien aussi. Tu peux trouver Mono à prix très abordables sur Amazon.

    Continue de nous raconter des histoires, L! Elles sont tellement touchantes!