En parlant d’influences

Je vais parler de moi, pardon.

 

Il y a peu, Momoberry a fait tout un article sur moi, ce qui m’a fait très plaisir bien sûr! En lisant son article je me suis arrêté sur le passage où elle parle de mes influences. Jusqu’à maintenant, j’étais désigné comme un illustrateur burtonnien influencé par le manga. Quand les gens me parlent de mon Petit Chaperon Rouge, ils ont tendance à rajouter « version manga ». Ces références ne sont pas fausses mais elles ne sont pas vraies non plus. Tim Burton ne fait plus partie de mes influences depuis 1996 environ. Les derniers mangas que je lis sont ceux écrits par mes amis. Et ceux d’Ito Junji.

 

Donc je voudrais vous parler de ces autres personnes qui dessinent, qui ne sont pas connus du quidam et qui sont mes VRAIES influences.

 

Ajisaisōkeizu by Itō Jakuchū

 

Quand je suis tout petit, j’adore Goldorack et Candy Candy. Mais avec les années c’est uniquement Candy qui est restée. Et tout juste après c’est la découverte (et le choc qui peut s’ensuivre) de Hokusai. La pureté de ses lignes, sa poésie, son génie de la composition. Et par extension, Ito Jakuchu qui me semble être l’illustrateur du 18ème japonais le plus moderne. De toute manière l’un et l’autre me paraissent être des génies. C’est par ce genre d’images qu’est né le japonisme en Europe. Ce fameux japonisme qui est finalement la première incursion picturale japonaise par chez nous.

 

Madame de Pompadour (1759) par François Boucher

 

Saint Joseph charpentier par Georges de La Tour

 

Puis, en prenant de la maturité artistique, j’étends mon rayon d’action à autre chose, notamment quelques classiques. Même si j’adore les peintres flamants, je leur préfère De La Tour que je trouve plus chaleureux et tout autant énigmatique. Ma révélation de cette période (de ma vie) est bien François Boucher: sa légèreté et ce malgré son fourmillement de détails. La douceur de ses couleurs et au delà de tout les peaux de ses modèles: certaines ne sont même pas jolies mais il les transcende, les sublime. Il me coupe toujours le souffle.

 

Saint Michael Fighting the Dragon par Albrecht Dürer

 

Don Quixote par Gustave Doré

 

En avançant aussi j’apprends à changer de technique: une exposition sur Albrecht Dürer, au grand palais il y a bien 13 ans de ça, me renverse. La gravure est extraordinaire. Jusqu’au papier qui trouve une nouvelle existence, complètement tatoué de lignes devenant ensorcelantes, ésotériques. Jusqu’à la signature du maître, logo fabuleux. Là, j’entame une fascination pour le noir et blanc qui me mène jusqu’aux bras de Gustave Doré (que je connaissais déjà depuis l’enfance mais que j’avais oublié alors), de Edward Gorey (dont les livres à l’époque sont encore rares et horriblement chers) et bien entendu John Tenniel. Ce dernier me rappelle ma littérature favorite: les contes.

 

An illustration from Muriel Spark's "Very Fine Clock," by artist Edward Gorey, who was also a costume and set designer.

 

Les contes sont ma passion. D’ailleurs j’avais dessiné une sorte de petit poème illustré pendant mes cours de philo en terminale. Et là ils deviennent une obsession. Je m’immerge complètement dans Arthur Rackham. Arthur me tourmente, je rêve de ses œuvres la nuit et désespère de ne trouver aucun lien de parenté avec ce génie. Qui a en plus illustré parmi les livres que je révère depuis longtemps. Bref, c’est à ce moment là où ma vie artistique se décide: je dois faire des contes, des anciens, des modernes, je dois représenter mes rêves et mon imagination et si possible les faire partager.

 

Illustration pour Peter Pan in Kensington Gardens par Arthur Rackham

 

Rackham

 

En partant vivre à Tokyo (j’y ai vécu quatre ans), je découvre le mouvement lolita, incarnation parfaite de tout ce que j’aime. Au fur et à mesure j’en rencontre les auteurs. Et ce sont bien eux mes principales influences maintenant. Ils sont ma famille d’artistes, ceux dont l’imaginaire est si proche du mien. Les Kokusyoku Sumire, Shichinohe Masaru, Imai Kira, Kuroki Kozué, Hanamizuya, Maki, Adachi kakoujyo, Takeo, Hamada Natsuko, les Garasu no Kotorisya et tant d’autres.

 

Finalement quand on me demande si Tim Burton et les mangas sont mes influences principales, je me dis que certaines personnes ont une connaissance finalement limitée de l’art du conte. Parce que Tim Burton, même s’il est très talentueux, a lui aussi des influences. Et il en va de même pour les mangas. Personne ne se fait à partir de rien. Le départ de ces inspirations picturales remontent bien plus loin.

 

Bien évidemment, je connais tout ce petit peuple parce que c’est mon travail, ma passion, ma vie. Et je suis complètement ignorant de tant de choses encore: si on venait à parler de sciences, ma connaissance s’arrêterait à Newton, Einstein, Pasteur. Ne croyez surtout pas que je me moque de ces personnes qui me rattachent à Tim, je suis bel et bien tout aussi inculte qu’elles. Je voulais juste vous parler de mes maîtres parce que je les aime de tout mon cœur! Et que mon but est de leur rendre tout ce qu’ils me donnent. Entre autres… hihi!

 

(Je m’arrête… pardon, ce fut longuet… et pourtant j’avais encore envie de parler de tant d’autres, par exemple, connaissez vous Mary Blair? Bon je ma tais! A bientôt!)

12 Responses to “En parlant d’influences”

  1. Eleonora

    cher François,

    je viens de voir Mary Blair, j’aime bien, j’etais dejé tombée sous le charme d’un dessin d’Alice tombant dans le tunnel, mais je ne savais pas que c’etait elle! grâce à toi, j’ai enfin pu mettre un nom sur l’image! merci!
    ….et aussi pour Arthur Rackam, je ne connaissais pas le nom de l’auteur de cette belle image. j’aime, j’adore tout ce que tu as posté, en fait. j’aime tant Gustave Doré >_< je viens de voir que tu es sur loli_valentines içi:
    http://community.livejournal.com/loli_valentines/51498.html#cutid1
    ….en numéro 11. chouette photo! mais il va te falloir une garde rapprochée, maintenant! o_o c’est un peu pretentieux de la part de cette personne, d’affirmer ça.

  2. Rosalys

    C’est très intéressant (et toujours tellement bien raconté), ça donne envie d’en découvrir davantage sur ces artistes qui t’ont influencé !

  3. reno depuy

    Passionnant. Merci de m’ouvrir tes portes de si bon matin. Mon horizon s’est élargi et j’ai l’agréable impression d’en savoir plus.

  4. Heiwa

    Tu connais ce site? http://www.surlalunefairytales.com/illustrations/ Parce que si tu ne connais pas, il faut que tu ailles voir (j’ai trouvé ce site en cherchant des illustrations de Dulac, je suis fan de Dulac).

    Pour tout avouer, moi je trouvais que tes dessins me faisaient penser à du Edward Gorey, mais maintenant que tu le dis, c’est vrai qu’on retrouve un peu de tous les artistes que tu as mentionnés ci-dessus dans tes dessins.

  5. La Mome

    Merci pour cet article très intéressant! je suis contente de pouvoir retrouver du François dans toutes ces influences.
    J’ai hâte de voir ton livre, si tu savais!!
    Bises

  6. Tsubame Nella

    Vraiment très intéressant cet article!! J’ai découverts pleins d’artistes que je ne connaissais pas merci!

    Et c’est passionnant, une fois qu’on connait vos influences, de regarder vos dessins: j’ai eu l’impression de mieux les comprendre et je les apprécie encore plus!

    J’ai hâte de voir votre livre. Par ailleurs, le projet d’un petit chaperon rouge tient il toujours? Ce serait génial!

  7. Grim

    Ah, j’adore ce genre d’article… c’est toujours plein de belles découvertes !
    Ce qui est drôle, c’est que je suis sûre que plein de Lolitas vont retrouver leurs goûts dans les tiens, même quand ceux-ci ne sont a priori pas Lolita (je pense à George de La Tour que j’ai toujours beaucoup aimé).
    Surtout, ne te gêne pas pour faire ce genre d’article 😛 celui sur ta méthode de travail était passionnant aussi ! (si je ne commentais pas, je lisais dans l’ombre !)

    Je me demandais, est-il plus avantageux (en terme de rémunération, ou d’encouragement/de boycott de certaines pratiques…) d’acheter Gothic Lolita auprès de tel ou tel vendeur, ou cela n’a-t-il aucune importance ?

    Porte-toi bien !

    (en passant, merci à demoiselle Heiwa d’avoir partagé ce superbe lien !)

  8. choco-violette

    Je suis contente, grâce à vous, j’ai découvert de nouveaux artistes que je ne connaissais pas ^^ (Nouveaux, pas dans le sens récent >.<)
    C’est marrant, moi j’écris des poèmes en cours de philo (et je suis en terminale)

    Oh mon Dieu ! Quand vous aviez 17 ans… Je naissais.

  9. Momoberry

    C’est drôle comme certains artistes pas du tout Lolita à la base y correspondent en fait parfaitement ! François Boucher, Arthur Rackham et Junji Ito peut-être, j’avais l’intention d’en parler sur mon blog justement. 🙂 (merci de l’avoir mentionné au passage !)

    On a étudié Albrecht Dürer l’année dernière en Histoire mais je n’avais jamais pris la peine de creuser plus loin. Votre article m’y pousse énormément ! ^o^

  10. Emilie

    C’est très intéressant, merci d’avoir parlé de toi ^^ Je suis moi-même particulièrement fascinée par Dürer, Gustave Doré et Arthur Rackham.
    Est-ce que c’est une connexion de l’esprit ? J’ai posté la même illustration de Rackham que toi sur mon blog (la deuxième), juste la veille 🙂

  11. Chewby

    Encore de belles découvertes, merci pour cet article ! Et aussi pour ton lien, Heiwa.
    Ah, et Arthur Rackham, j’ai toujours aimé la douceur et la poésie de ses oeuvres <3

  12. Exit_Panda

    La gravure est sans conteste une chose merveilleuse (j’ai le plaisir d’en faire à l’université et avant d’y aller j’ai des petits papillons dans le ventre, c’est tout simplement magique)

    Vos influences se sentent bien dans vos dessins, mais c’est curieux j’y aurai placé aussi un Watteau ou un Fragonard par exemple ^^