en clair…

Fuco Ueda
Ca faisait une éternité que ce blog n’avait pas été si vivant! Merci à toutes pour vos commentaires! Que vous soyez lolitas, ex-lolitas ou non lolitas, merci! J’ai lu des choses vraiment intéressantes.

 

Et moi aussi, j’ai des choses à vous dire. Notamment vous reparler du précédent article que j’avais dû mal écrire… parce que justement j’ai eu l’impression que personne n’avait réellement compris ce que je voulais dire. Mea culpa! Désolé!

 

Mais tout d’abord, à propos de cette fameuse kermesse lolita du 21 avril… J’ai aidé à la monter. Oui oui! Effectivement, la soirée est un peu tombée à l’eau à cause du nuage islandais qui a empêché les Kokusyoku Sumire de venir. Là on y peut rien. Et en ce qui concerne mon absence, mon salaire d’illustrateur ne m’a pas permis d’acheter un billet de train (c’est un métier fait de passion, enrobé d’un grand manque de rémunération, hihi).
En ce qui concerne le contenu de la soirée.
Ca fait longtemps que je voulais faire un événement lolita mais autre qu’une tea party ou un meet-up. Je voulais aussi élargir le cercle des lolitas. En parlant avec une amie pin-up, nous avons eu l’idée de rapprocher ces deux milieux qui sont finalement peu éloignés (là, vous allez me dire que je me trompe cependant:): des jeunes femmes s’habillent de façon différente pour exprimer des goûts esthétiques différents du mainstream et une envie de dire qu’elles ne sont pas toujours d’accord avec notre société, tout en restant féminines au possible. Ainsi nous avons cherché quelques activités faisables si possible avec un budget raisonnable tout en gardant beaucoup d’originalité. Par une autre amie, j’ai trouvé Dr Sketchy. C’est cette amie qui s’est occupée de tout à ce sujet. Dr Sketchy n’est absolument pas un happening voyeuriste ni érotique. C’est un cours de croquis de nus. Personnellement, je fais des croquis de nus depuis l’âge de 12 ans, à la différence que les modèles que je dessinais étaient entièrement nus, pas de pasties (merci de m’avoir appris ce nouveau mot d’ailleurs) ni sous vêtements. C’est une façon d’apprendre la morphologie humaine académique, renseignez vous: n’importe quelle école de dessin propose ces cours. Ca n’a rien de sexuel.
J’ai personnellement demandé à Pudding de venir participer, pensant qu’elle était parfaite pour le rôle. Après avoir vu les photos, je ne l’ai trouvée à aucun moment vulgaire ni ambiguë.

 

J’aurais aimé être à cette soirée! Ca avait l’air vraiment bien. Certes je n’y étais pas mais d’après les photos, je n’ai rien vu de terriblement attaquable. Peut être que Cocotte était un peu lascive mais rien de bien méchant, non?

 

Bref, les stands n’ont pas été suffisants pour plaire aux lolitas. C’est bien dommage. Et j’en suis désolé! Pourtant ça a été des mois de travail pour arriver à monter ce projet: vous vous en êtes rendus compte, non? Je parle de cet événement depuis novembre et qui aurait dû avoir lieu le 14 février puis le 14 mars… Mais ce n’est pas évident à faire surtout quand on habite loin de la capitale. Et finalement cette soirée à la Java n’a pu avoir lieu que grâce à Sonore/Jaapan (label et tourneur de Kokusyoku Sumire).
Enfin et c’est ce que j’essayais de vous dire dans le précédent billet, c’est que j’arrête de m’occuper de ce genre de chose.

 

Depuis quelques mois (années? la première tournée Kokusyoku Sumire était en 2007), j’essaye de faire des choses. J’aime bien les collaborations et je me disais que c’était mieux de mélanger les genres, les noms surtout pour éviter les stars. Mais il faut aussi que je m’y prenne mieux et aussi que les gens que j’essaye de faire venir aient la même motivation que moi. Et puis il faut que j’arrête de croire les promesses que font les gens, notamment celles des marques. J’en ai un peu marre d’être déçu (pardon de parler de mes sentiments, c’est mon blog après tout!). Donc je vais me contenter de faire ce que je sais faire de mieux: dessiner.

 

Je ne me disperse plus. Je dessine. Je fais mes petits dessins, mes livres et rien d’autre.
Je garde mes rêves et mes convictions (référez vous au précédent billet) mais je n’appelle plus Lolita ce que je fais. Je me suis trop cherché dans le Lolita.
Et je vais changer. Je suis déjà en train de changer. C’est ce qu’on appelle l’indépendance! Plus de copies de robe de marque! Imagination libre!!!! Plus de standard imposé! Yipi!
Voilà ce dont je vous parle depuis le début et que je ne voyais finalement pas moi même: la Liberté!!!!!!

 

(Liberté! Avec un grand L!)

 

Féminité! Liberté! Poésie! Romantisme! Intelligence! Onirisme!

 

un copié-collé du précédent billet:

« Si d’ici peu, vous me voyez changer, ne vous en inquiétez pas: je reste fidèle à ce que je me suis fixé. La forme changera, pas le fond.
En espérant que vous restiez à mes côtés!
Merci à tous! Et surtout merci à toutes!
Et n’oubliez pas, gardez l’esprit ouvert!!! »

 

Merci d’avoir lu ce pavé!

26 Responses to “en clair…”

  1. Maud Amoretti

    Non pas du tout! Je le prends avec plus de légèreté, plus librement.
    Sans lui donner une étiquette. Surtout une étiquette qui n’est pas appréciée de toutes!

    Merci Shéris!!!!!

  2. Heiwa

    Je ne voudrais pas m’engager, mais je crois que je vais sans doute apprécier encore plus ton travail si tu t’éloignes un peu du « lolita-guindé » et que tu décides de « t’émanciper ».

    J’aime beaucoup l’illustration qui accompagne ce billet, je trouve la mise en couleur très intéressante. C’est un résultat de tes expérimentations ?

  3. princessediana

    C’est dommage…
    Dans le forum Lolita que je fréquente, nous sommes plusieurs Lolitas LifeStyle à se plaindre de l’arrivée de nouvelles qui « prennent le Lolita avec plus (TROP!) de légèreté »… Pitié François, ne donnez pas satisfaction à cette nouvelle génération de « Lolitas » qui se fichent de l’essence même du Lolita, et c’est justement grâce à une certaine « étiquette » qu’on reconnait les vraies Princesses.
    Nous vous aimons tel que vous êtes =).

  4. Maud Amoretti

    Chère Heiwa,
    Merci! Je suis heureux de te lire!
    Pour l’illus de billet, j’y voyais l’image de « chaussure à son pied » mais non, ce n’est pas de moi… dommage mais c’est sacrément flatteur!!! C’est Ueda Fuuko qui est dans mes liens sur la colonne de gauche.

    Chère Gabrielle,
    <3 too!

    Chère Princesse Diana,
    Je ne leur donne pas satisfaction. Bien au contraire! C’est en réaction à ce genre de chose que j’en ai marre. Et je donne plus d’importance à la liberté. Je pensais que c’était un des leitmotiv des lolitas, mais c’est une erreur. Elles aiment bien les restrictions et les pseudo-interprétations de ce qui se passe au Japon alors qu’on en a rien à fiche! Puisqu’au Japon, il n’y a pas ce genre de règles, pourquoi en créer? On n’est pas bien quand on est libre?
    Moi j’ai besoin de grandir.

  5. Shéris

    C’est souvent dangereux de donner une étiquette à quelque chose dont chacun à sa vision.

    Courage François !!

    Mais j’avoue que je rêve de lire un jour la suite de l’aventure de Sumire.
    (car même si j’aime vos illustrations dans Alice, je préfère de loin les histoires originales ^^)

  6. Eleonora

    l’illustration est époustouflante, j’aime beaucoup beaucoup! belle technique! j’aime bien les champignons, aussi. Je plaint quand même cette personne d’avoir de telles mycoses. (pardon, je devais la sortir)

    oui oui, dessiner, en laissant un petit dessin pour le blog de temps en temps? ;_; hein? et j’attends toujours de voir tes fameuses filles à gros seins! héhé! ^^

    oui, belle résolution, je crois -et j’en ai fait l’expérience- que quand on se cherche trop dans le lolita, cela finit par être réducteur. donc moi aussi je fais mon coming-out: je ne me sens plus lolita, même si je continue à en porter! mais j’assume le fait de posséder, une partie de ce que l’on peut appeler « la culture lolita », parmi « ma » culture.

    plus de limites! liberté! bravo!

  7. Maud Amoretti

    Chère Eléonora,
    Et bien on dirait bien que c’est un coming out en tandem! Hihi! Heureux d’être avec toi!
    En ce qui concerne les filles à gros nénés, ça va venir. Je vais poster. Histoire de détendre l’atmosphère!
    Au diable!

  8. luana719

    prendre du recul et faire ce qu’on veut sans se compliquer la vie,le faire avec légereté juste parce qu’on en a envie, c’est ce qu’il y a de mieux à faire dans une telle situation.

  9. Clémentine

    alors là, je te soutiens dans cette décision qui correspond exactement à ma pensée. A bas les étiquettes! Je ne saurais pas mieux le dire que Gabrielle : <3

  10. Misa

    Je suis assez mitigée sur votre post. D’un côté, je trouve cela dommage d’en arriver là. Mais de l’autre, je pense que vous serez plus tranquille de cette manière. A trop espérer des gens, on finit toujours pas être déçu. Parfois, on se rend compte que faire partie d’une communauté est plus une entrave à sa propre Liberté personnelle qu’autre chose. Si cela vous permet de faire ce qui vous plait, de prendre des libertés et d’être vous-même alors je pense que c’est une bonne chose.

    Pour revenir au Dr. Sketchy, pour ma part, je n’ai nullement cherché à dire qu’il y avait quelque chose de vulgaire et de sexuel là dedans. Personnellement, le nu ne me dérange pas et le concept en lui-même m’intéresse vraiment au point où cette discussion m’a donnée l’envie de participer à un prochain.

    Ce que je cherchais à dire en parlant de cet évènement, c’est juste qu’il faut comprendre que certaines personnes n’ont pas la même sensibilité. Il faut comprendre que le semi-nu peut déranger certaines personnes, d’autant plus quand il s’agit d’un effet de surprise. Car il faut être honnête, la communication a été assez floue sur ce point. Et le problème, c’est qu’avec l’annulation de votre venue et de celle des Sumire, il y avait difficilement une autre alternative pour ces personnes et elles se sont donc senties exclues. Ce que je voulais dire, c’est tout simplement que j’aurais trouvé ça dommage de voir les évènements se scinder entre amatrices de tea party et amatrices de soirées décalées. Je pensais qu’il aurait été possible de trouver un juste milieu, mais à en voir les grands écarts entre les différents avis, je pense que c’était peut-être un peu illusoire de ma part. Au final, les lolitas sont donc peut être condamnées à rester en petit groupes hétérogènes.

    Dans tous les cas, je suis désolée si (en tant qu’organisateur) mon pavé vous a froissé car ce n’était vraiment pas le but :/ Peut-être qu’il est temps également pour moi de faire mon propre bout de chemin en tant que Lolita et de ne plus me préoccuper de ce qui se passe si je ne me reconnais plus dans tout ça.

    Pour ce qui est de ne plus appeler votre travail Lolita, je ne vois pas pourquoi ? Rien ne vous empêche d’être Lolita avec VOS valeurs, VOS rêves, VOS convictions tout en s’écartant des « sentiers traditionnels ». Si vous vous considérez vous-même tout au fond comme étant Lolita, alors votre travail l’est forcément, peu importe les chemins que vous suivez dans la vie et les critiques vis-à-vis de vos choix et valeurs.

  11. Delphine

    Cher François, bravo pour ton indépendance, ta liberté et ton courage…de tout coeur avec toi 🙂

  12. Megumi

    En tant que dessinatrice ( amatrice pour le moment ), je ne puis que vous encourager dans votre émancipation et votre désir de liberté. Montrez-nous toute la beauté de votre art, faite lui exploser les barrières qui entravent votre route. Laissez-vous inspirer par vos sentiments, ce que vous aimez, vos oeuvres n’en seront que plus belles.
    Et puis, je confirme aussi ce que vous disiez à propos du nu. J’ai eu l’occasion d’en faire lorsque j’étais à l’Académie des beaux-arts de Tournai, et je dois bien vous avouer que c’était un de mes cours favoris ! Le corps d’une femme est tout en subtilité dans ses courbes, c’était un plaisir que de retranscrire la féminité pure sur papier. Oui, je me sens Lolita, et pourtant je dis qu’une femme est la plus belle dans son plus simple appareil.

  13. Marjorie

    Je viens de lire ce billet ainsi que le précédent et je voulais simplement intervenir en ce qui concerne les croquis de nu ou de semi nu.

    Je m’impressionne à chaque fois de la réaction que les gens peuvent avoir avec ça. Je suis des cours de nu depuis octobre dernier et beaucoup de personne avec qui j’en parle ont vraiment du mal avec le principe de voir quelqu’un poser nu. Il n’y a pas de jugement envers la personne qui pose, la démarche est seulement artistique et il n’y a rien de vulgaire ni d’érotique là-dedans.
    C’est du dessin et seulemeent du dessin.
    J’ai toujours trouvé les Lolitas plus large d’esprit que les autres personnes que j’ai rencontrées et je pensais justement qu’elles arriveraient mieux à comprendre que le nu artistique est, comme son nom l’indique, une démarche artistique et non du voyeurisme.
    Il faut replacer les choses dans le contexte, voilà tout.

    Et sinon, histoire de changer de sujet, je m’adresse directement à François : j’espère que vous avez apprécié le salon de Toulouse et que vous avez passé un bon moment parmi nous. J’espère vous revoir bientôt ! (encore mille merci pour la dédicace pour mon amie).

  14. Kagome

    M. Amoretti…j’ai peur du changement… Je ne connaît ce que vous faites que depuis peu, j’ai souvent essayé de vous rencontrer sans succès…j’ai peur de ne jamais plus avoir l’occasion de le faire. Et aussi…j’ai peur de vôtre interprétation du lolita. J’aime vos dessins, mais je sais que si vous dites des choses qui me contraries, je n’achèterais plus vos ouvrages. Vous dites sans cesse que les lolitas ne sont pas des enfants, mais pas toutes !! Je suis une enfant, je me vexe et je m’emporte en tapant du pieds. Je ne veut pas que vous changiez. Ou alors changez pour les japonaises. Les jeunes filles doivent avoir des règles pour les encadrer, au moins un minimum, surtout en France, je ne suis pas la seule à penser cela. La liberté, c’est le fait d’être attaché inconsciement à quelquechose. Je suis peut-être pessimiste M.Amoretti, mais j’ai peur de ne plus vous aimer, peur de ce que vous allez devenir.

    Je vous souhaite tout de même bon courage pour votre émancipation. Je ne pourrais pas vous changer, personne ne le pourra. Vous n’êtes plus un enfant….

  15. Emeline

    N’aimant pas tellement les étiquettes, je ne peux que vous encourager dans votre émancipation! Après, il est vrai que ce genre de démarche mène souvent à un « qui m’aime me suive », mais vous y trouverez l’avantage de n’avoir dans vos fans que celles et ceux qui apprécient vraiment votre travail.
    Pour ma part, je continue à attendre vos prochaines sorties littéraires avec impatience (même si mon porte-monnaie n’est pas du même avis…).

    Je vous envoie tous mes voeux de réussite, et des poutous de Toulouse!
    Emeline

    P.S.: c’était bien le festival Toulouse BD?

  16. yahel

    From kagome: « Les jeunes filles doivent avoir des règles pour les encadrer, au moins un minimum, surtout en France, je ne suis pas la seule à penser cela. »
    Heu????????

    A part ca d’accord avec le fait de ne pas s’enfermer dans un courant mais de s’autoriser plusieurs rivières…

  17. Melle. Jabot

    Je suis vraiment de tout coeur avec vous François ^^ ! Je n’ai pas pu assister à la kermesse Lolita, et c’est vrai que vous avez dû vous donner tant de mal, dommage que certaines soient déçues…

    Quoi qu’il en soit, pour moi vous êtes toujours mon modèle, aussi bien pour l’art que pour votre façon de penser (et ce depuis Gothic Lolita). Pour moi, le Lolita, ça a toujours été ça: « Féminité! Liberté! Poésie! Romantisme! Intelligence! Onirisme! »

    Le Lolita fait partie de moi parce que c’est ce qui me définit vraiment j’ai toujours été Lolita sans savoir ce que c’était 🙂 ! Au début, j’associais « Lolita » avec « Japon » et avec « oh ! ultra mega kawaii sugoi neko sakura » (je me comprend) mais j’ai réalisé que c’était bien plus que ça et c’est devenu quelque chose… de plus fort pour moi que « oh ! ultra mega kawaii sugoi neko sakura » (je me comprend toujours…). Après, chacun à sa vision du Lolita mais moi, c’est la votre que je préfère. Alors je serais ravis de vous voir dessiner avec votre vision à vous du Lolita ^^ !

    Je vous adore et j’adore votre art (même si l’amour de ma vie restera Arthur Rimbaud * *)

    FREEDOM !! J’ai hâte de voir vos prochaines oeuvres (et j’ai l’impression d’avoir écris un blabla incompréhensible ;_;)

    PS: Bien que certaine Lolita soit encore des enfants (dont moi qui n’est que 15 ans) je pense que les Lolita doivent être matures et large d’esprit, n’est ce pas ? Je pense aussi que la Lolita est une sorte d’idéal de la vision de la jeune fille, cultivée, ouverte, soignée, aimable, n’est ce pas ?
    Je ne veux pas réveiller les foudres des certain(e)s, ce sont juste des « n’est ce pas ? »…

    xxxxxx a lot of kisses for you <3 !

  18. Umako Takimana

    Très cher François Amoretti, je suis de tout coeur avec vous ! Bien qu’étant déboussolée (sans doute parce que je n’ai pas suivi l’histoire)si tels sont vos choix, votre liberté, je les respecte totalement. Il y a toujours du positif ! 🙂 Et puis oui, à bas les étiquettes ! J’ai appris de part mes expériences personnelles que se fier et respecter en tout temps à des règles mets des entraves à notre liberté, à notre expression, à nous en somme ! Et en cela, je rejoins votre pensée. Cela me rappelle le combat, similaire au votre, que j’ai mené il n’y a pas si longtemps de ça pour me sortir des sentiers qui m’étaient tracés et des préjugés qui m’étaient assignés. Je vous encourage de tout mon être ! Vous nourrissez tellement de rêves pour moi ! Faites votre route, tracez la belle et à votre image, telle que vous la projetez, soyez heureux ! Continuez de nous passioner !
    De même que d’autres, moi je dis <3 !

    Bien à vous,
    Umako, une petite lolita qui vous admire ! 🙂

  19. Emilie

    Je trouvais cette idée de soirée à la Java vraiment bien. C’est vrai que c’est dommage qu’un certain volcan ait craché un certain nuage à ce moment-là… Mais j’applaudis l’idée qui était d’organiser une soirée davantage centrée sur l’Art, avec même au départ la volonté de réunir deux styles différents (lolita & pin up), et qui changerait des tea parties.

    Forcément, on ne peut pas plaire à tout le monde… Je crois que c’est la meilleure conclusion que l’on puisse tirer ^^’
    Par ailleurs, cela doit te prendre un temps fou d’organiser tous ces trucs à côté, donc tant mieux si tu peux à présent te consacrer au dessin, et uniquement au dessin.

    Plus d’étiquette ? Bon débarras !!

    PS : maintenant j’en suis sûre, ton intrigante et magnifique illustration est bien de Fuco Ueda, je l’ai retrouvée sur son site 🙂
    La présence de tous ces champignons m’avait marquée…

  20. mystèrieuse

    J’ai toujours été une lolita solitaire depuis que je connais cette mode, et je ne me suis intéressée aux communautés qu’après vous avoir rencontré.

    Les seuls sites qui m’intéressaient été ceux de mes marques préférées où j’achète toutes mes robes…

    Bien que je ne suis pas encore inscrite sur les forums, j’ai vu que diverses disputes avaient lieu dans la communauté lolita… Je trouve cela bien dommage. J’hésite à m’inscrire sur des forums… mais je pense essayer, dès que j’aurai plus de temps (je suis en partiel actuellement!).

    J’avais écris un article justement sur le lolita, et « sa définition »: http://jesuismanuscrite.blogspot.com/2010/03/la-mechante-quesgtion-f.html

    Vous pourrez le lire ici… Je pense que je rejoins donc votre pensée…

    En tout cas, bonne continuation, l’important c’est de faire ce que vous aimez et de prendre du plaisir à le faire!

    Marie Hélène

  21. Milena ~

    Bonsoir,
    Je tenais vraiment à manifester mon soutiens car j’ai adoré cet évènement couplé au Dr Sketchy.

    Des cours de nu, j’en ai eu cette année, et au bout d’un moment, c’est très redondant (même si c’est très utile), les séances de Dr Sketchy nous permettent de dessiner des modèles intéressants (souvent magnifiques) dans une ambiance très sympa et décontractée à tendance rétro.

    Moi qui porte des vêtements lolita (mais je ne me concidère pas comme telle, je n’ai pas envie de me coller d’étiquette, je porte ce que j’aime comme j’aime ^^), j’étais ravie de voir que le thème de cette session était le gothic lolita. J’ai passé un moment formidable, avec un ami, à dessiner de superbes modèles sur fond de musique improbable (que j’ai adoré d’ailleurs) et entourée de frou-frou et de dentelles, cette soirée à vraiment été a la hauteur de mes espérances.

    Beaucoup se sont plaints, alors je tenais à donner mon avis plus que positif sur cette soirée qui a été, à mes yeux, un très beau mélange des genres pour qui sait apprécier la diversité et le décalage (visiblement trop peu de personnes …).

    Cet épisode malheureux vous aura au moins ouvert les yeux sur le fait que les lolitas ne sont pas les jeunes filles parfaites qu’elles semblent être, beaucoup ne sont que de sales gamines gâtées et intolérantes qui se prennent bien trop au sérieux dans leurs belles robes en dentelles(heureusement pas toutes ♥). Porter de belles robes et feindre l’élégance et la pudeur ne rend pas les gens beaux malheureusement.

    Je trouve dommage qui vous laissiez tomber l’organisation de tels évènements, je sais qu’ils ont leur publique et il est dommage de s’arrêter là.
    Peut être qu’une meilleure communication (plus claire du moins) permettrait au moins d’éviter les faux arguments tels que « on ne savait pas qu’on y trouverait ça »… Ne viendraient que les gens réellements intéressé (il semble que là, la plupart des lolitas étaient venues alors qu’elles savaient bien que les Sumire ne seraient pas là et qu’elles n’avaient pas pris la peine d’aller faire un tour sur le site de Dr Sketchy qui était en lien pourtant, d’où la nécessité d’une communication plus claire sur le contenu de la soirée).

    En tout cas je vous souhaite une très bonne continuation et vous remercie d’avoir participé à l’organisation de cette superbe soirée ^___^

  22. Grim

    J’arrive un peu en retard mais je suis contente de n’avoir pas commenté tout de suite…
    Te voir de défaire de l’étiquette « Lolita » m’a sur le moment attristée.
    Maintenant, j’ai envie de te dire un immense bravo d’avoir eu ce courage.
    Le Lolita (en occident en tout cas) me semble glisser vers une chose à la fois guindée et débridée, je n’ai jamais ressenti autant de haine entre Lolitas, je n’ai jamais vu autant d’anciennes partir, je n’ai jamais vu autant de cupidité (popularité, imprimés rares, argent) au sein des Lolitas (pour ce qui est de « guindée » : pas de maquillage/un petit kilo « en trop »/des cheveux peu coopérants et vous finissez sur certains sites ensevelie sous les insultes…).
    Mais qu’est-ce qui se passe ?!
    Je n’ai jamais jamais été une inconditionnelle des marques mais je respectait les designers que je voyais comme des artistes.
    Et maintenant, ils reproduisent les même imprimés à la chaîne, en se copiant allégrement (Baby et ses breloques en plastique à la AP ! noooon Baby !), tout en jouant à transformer les Lolitas en bébés sortis de la maternité (mais que c’est laid… bon, avis personnel, mais quand même…).
    Quant à celles (et ceux) qui voyaient dans le Lolita un peu plus qu’une mode, ils sont encore plus ridiculisés et haïs qu’avant. Non, je n’aime pas aller en soirée et en sortir alcoolisée, planante et à moitié nue (pas d’art ici ;), mais ce genre de chose semble de plus en plus plaire aux Lolitas.
    Je ne sais pas si c’est devenu une majorité, si ce genre de personnes a simplement trouvé le moyen de prendre la parole (et de la monopoliser), mais ce n’est pas là le Lolita que j’ai aimé.

    Merci pour ce que tu as fait pour le Lolita que beaucoup ont aimé (et que des « nouvelles » – je hais ce mot ! – aiment encore, heureusement), et merci, merci de ne pas tomber dans ce qui se passe actuellement (la spirale commerciale, la haine, la compétition et cie…).

    C’est peut-être là, le secret, au lieu de quitter le Lolita par dégoût ou fatigue : cesser simplement de s’appeler ainsi, et en faire ce que l’on veut, pour retrouver la magie des débuts.

    …bon je retourne étudier, rah (ou vais-je plutôt dévorer le blog de demoiselle Marie Hélène que je trouve particulièrement intéressant ?).