De l’encre et des plumes: synopsis

Bonjour!

 

Toujours pas de page 3… Le scanner A3 est un animal très peureux, qu’il faut amadouer avec tact et dextérité (???). Bref, la page 3 n’est toujours pas scannée…
La page 4, elle, est à moitié finie. Cette page 4 n’est pas évidente du tout. Je me suis arraché les cheveux mais je crois avoir passé le plus difficile.

 

En attendant, Audrey Alwett, m’a proposé de mettre le synopsis de l’histoire. Vous pourrez, de cette manière, envisager de quoi il s’agît. Bon, il est tard et je ne sais plus si j’écris bien ou mal… alors je me tais et laisse la parole à Audrey:

 

« Les régions environnantes le savent, la ville de Bokujuu est entièrement vouée à la calligraphie. On prête à aux artistes de Bokujuu un génie qui n’existe nulle part ailleurs. C’est que les rêves de Bunshin alimentent ce talent. Bunshin, le démon qui sommeille sous la ville, Bunshin que même les légendes commencent à oublier…

 

Pour Shuji, éminent maître calligraphe, impossible de refuser des leçons à Kasumi, la fille de ses fournisseurs d’encre. Pourtant, comme ne manque pas de le lui rappeler Kamiko, sa servante au visage balafré, Kasumi n’est qu’une empotée qui ne saura jamais tenir un pinceau. Si seulement le maître acceptait son aide ! Kamiko l’emmènerait jusqu’au sommet, elle !

 

Kasumi n’est pas douée, mais elle est belle. Elle saura séduire Shuji et lui révèlera son secret : elle a vendu son cœur à Bunshin en échange de pouvoir sorciers. Malheureusement pour elle, tout acte enchanté doit être généré par une calligraphie parfaite, l’enseignement de Shuji lui est donc indispensable.

 

A l’annonce de cette nouvelle, le maître prend peur, il rejette violemment son amante, qui se sent trahie. Dans sa fureur, elle change Shuji en corbeau. Puis elle regrette, mais il est trop tard. Il faut s’enfuir avec l’oiseau sous le regard de Kamiko, stupéfaite.

 

Alors naît la légende… Même changé en corbeau, Shuji poursuit ses travaux de calligraphe. Par le miracle de son trait, inconsciemment, il plonge Kasumi dans des ennuis sans fond. L’oiseau et la belle commencent à s’aimer d’un amour véritable, mais impossible pour Kasumi de rompre la malédiction. Elle en est sûre, un jour elle y parviendra, mais quand ? Et surtout, la redoutable vengeance de Kamiko lui en laissera-t-elle le temps ? »

 

Tout ça en costume et en lolita!

 

Et pour ce billet… pas d’illustration… désolé!

 

Ah! Au fait, je devrais recevoir le poster ce week end! Je ferai certainement un petit jeu-concours pour en faire gagner un ou plusieurs exemplaires (ça dépendra du nombre d’exemplaires que j’aurais à disposition).

 

A très vite!

10 Responses to “De l’encre et des plumes: synopsis”

  1. la môme néant

    J’ai hâte de voir le résultat final! la bande dessinée est en train de se faire, n’est-ce pas?

  2. Maud Amoretti

    Oui, c’est en cours… mais pas de sortie avant l’année prochaine au plus tôt… Je n’en suis qu’à la page 4… oui je sais… pardon!
    On avait fait une première version de l’histoire dans un style très réaliste mais qui n’a pas été acceptée. On retente avec un style plus léger, plus rond. J’espère que ça passera cette fois-ci!

    Mais d’ici là, je sors une adaptation du Petit Chaperon Rouge. Pour celui-là, la sortie est prévue en février. peut-être avant si les dieux de l’imprimerie se bougent le postérieur… héhé.

    Merci la Môme Néant pour votre enthousiasme! Je suis toujours content de vous lire!

  3. chewby

    Le synopsis me plaît déja beaucoup, tout comme ce style léger et rond tellement poétique que j’adore ! J’ai hâte moi aussi de voir le résultat final !

  4. Grim

    Le scénario est vraiment alléchant ! J’ai l’impression que ça risque d’être passionnant, tout ça, avec un scénario aussi bon que les illustrations…
    Au passage, les noms Bokujuu et Bunshin ne seraient pas des jeux de mots, avec 僕中 et 分身 (puisque les prénoms des protagonistes…) ? Ou bien suis-je tout à fait à côté de la plaque ?

    Une adaptation du Petit Chaperon Rouge ? Je n’ai pas encore de calendrier 2009, mais j’y entourerai février (ou avant, ou avant !), en bonne Petit-Chaperon-Rouge-fan !

  5. Maud Amoretti

    Merci Chewby!!!

    Merci Grim!!!
    Bien vu! Tous les noms ont une signification. Bokujuu veut dire encre, Bunchin (et pas Bunshin) est le poids qui sert à maintenir la feuille du calligraphe. Et les noms des personnages aussi: Kamiko (feuille), Kasumi (fleur d’encre), etc.
    Je ferai un billet sur les significations diverses qui sont dans le bouquin.
    Merci pour votre texte, Grim! Il est formidable! Je suis heureux de vous savoir Petit-Chaperon-Rouge-fan!

  6. Grim

    Oh, j’étais tout de même à côté alors ! Je retourne réviser… Merci pour ces éclaircissements !

    Le texte vous a-t-il vraiment plu ? Il est un peu étrange n’est-ce pas ? Je serais heureuse que vous le mettiez ici si vous le voulez, enfin, si je peux me permettre de vous le demander !

    (il faudrait que j’arrête de venir si tard ici, mais enfin, les vacances…)

  7. Maud Amoretti

    Oooh Grim! Quelle chance! Des vacances! J’en rêve… Plus sérieusement! Venez autant de fois que vous voulez et à l’heure de votre choix! Je suis toujours content de vous savoir dans les parages.

    Non non, vous avez bien compris que les noms étaient aussi des indices à la compréhension de l’histoire. Peut être pas à la compréhension de l’histoire mais plutôt à la compréhension de ce monde. Donc ne partez pas réviser si vite! Héhé!

    Votre texte est très bon et il sera ici demain! Ou légèrement plus tard (samedi ou dimanche?).

  8. L.

    Le pitch est, comme prévu (à force, ça ne surpreend plus) excellent, lui aussi « écartelé » culturellement parlant (autant que le trait), avec un côté européen, un plus manga, un plus… euuuh, je ne sais pas mais ça me viendra sans doute un de ces jours. bref, inclassable, et c’est tant mieux.

    Peut-être que ça a été dit ailleurs (auquel cas toutes mes plus plates et confuses excuses) mais il y aura combien de planches, au total ?

  9. L.

    J’ai hâte de lire Grim, aussi !

    Vivement vivement !

    Tiens et sinon, pour info, je joue toujours à Persona 3 et je viens d’y rencontrer… Une Gothic Lolita, toute de blanc et de froufrous vêtue, avec de magnifiques cheveux rouges ! Si je trouve une image, promis, je l’envoie !

  10. Maud Amoretti

    Bonjour L!

    l’histoire m’a beaucoup touché. C’est très romantique mais pas d’eau de rose, c’est romantique à la Shakespeare. La mère Alwett (Audrey) est sacrément douée.
    Ce sera certainement un album hors des sentiers battus. Mais cet inclassable, L, va encore me donner du fil à retordre pour trouver un éditeur… Heureusement que cette fois-ci, on va être deux à le présenter.
    L’histoire devrait faire un one-shot de 92 pages ou deux tomes de 46. Ca sera à l’éditeur de décider.

    Grim arrive! Encore dix minutes!