De l’encre et des plumes: cinquième planche

De l'encre et des plumes, cinquième planche
Et voilà, avec cette cinquième page, le dossier de De l’encre et des plumes est presque terminé. Comme je vous le disais un peu plus bas, j’ai commencé la couleur et la couverture est bientôt terminée. Pour l’instant, c’est pas trop mal je crois. Je vous laisserai juges.

 

(la qualité est encore limite… mais je reposterai les pages une fois nettoyées et les bulles ajoutées.)

 

(Ah, et puis il faut que je fasse un billet sur le calendrier des choses auxquelles vous pourrez vous attendre dans un futur proche)

11 Responses to “De l’encre et des plumes: cinquième planche”

  1. Grim

    Chouette ! Deux planches coup sur coup !
    Celle-ci est vraiment dynamique ! L’écran de mon ordinateur est très petit et la 9e case est apparue d’un coup en prenant toute la place… l’effet était vraiment drôle !
    Je suis encore plus pressée de voir la couleur…

  2. Maud Amoretti

    Oui, j’ai enfin pu scanner (même si le résultat est plus que passable…). La couleur est commencée, j’espère pouvoir mettre la couverture ici demain. Demain soir…

    Oui, la neuvième case en plus… héhé… c’est le tremblement de terre qui commence. Ca a dû faire drôle effectivement!

    Au fait, comment ça va, mademoiselle Grim?

  3. L.

    Je confirme, j’adooooore ce style !

    Mention spéciale pour l’expression des visages ! C’est dynamique, authentique et, en même temps, juste assez artificiel (façon poupées japonaises) pour créer l’ambiance.

  4. L.

    Question technique (cruciale) au passage :

    Puisque tu dessines tout au crayon et que tu n’encres pas ensuite, comment fais-tu pour faire disparaitre les traits de construction ?

    A moins que tu n’en fasses pas ?

    Mais quel est ton secreeeeeettttt ?

  5. Mademoiselle P

    OULAALAAA!! chic chic chic françois, apparemment on va avoir pleins de nouvelles, la perspective de ce calendrier m’impatiente graaaaaaaaaaaaaaaaaav’! Et au fait tu n’as pas dit à ce qui n’ont pas eu la chance de recevoir leur poster, où est-ce quon pouvait les trouver!! Et voui! à moins que tu l’aies dit quelque part ailleurs…. dans ce cas je suis impardonnable de ne pas l’avoir lu..

  6. Maud Amoretti

    Mon bon L,

    je fais disparaître les traits de construction au fur et à mesure. C’est que j’aime travailler proprement!
    Donc la gomme a un rôle primordial dans mon travail.

    héhé!

    Ma chère P,

    merci de ton enthousiasme!
    Les posters devraient être en vente dans toute bonne librairie de BD. Ou sur le site de Bruno Graff… où je viens de faire une recherche et ce n’est pas encore en ligne… bouhou!!!!

    je posterai le calendrier demain je pense!

    bisettes!

  7. Grim

    François : à vrai dire, je ne sais absolument pas si je vais bien ou pas. C’est plutôt étrange. Il y a un début d’explication chez L, sur le premier post de la deuxième page (ou un peu plus loin si il a posté depuis… de toute façon, le nombre anormal de commentaires sur un post si sérieux ne trompe pas, héhé).

  8. L.

    @François : Ha ha, je m’en doutais bien quand même, mais il y a curieusement quelque chose qui m’échappe, et je ne parle pas là des r^nes de ma destinée, hein, mais plus prosaïquement du fait que ton trait soit très fin et précis. Par conséquent, si tu gommes (forcément) tes traits de construction, comment fais-tu pour ne pas gommer tes traits finaux avec ?

    Je rappelle que je ne suis qu’un amateur, moi. C’est pas la peine de rire. J’appuie tellement sur le crayon que si je gomme les traits de constructions, j’arrache la page.

    Ceci étant, je m’y remettrai bien.

    @Grim : je vois ce que tu veux dire. Dis-toi juste que c’est mieux (et plus gréable) de prendre les choses à ton âge plutôt que de les découvrir à 30 ans passés. En tout cas, je comprends bien ce que tu veux dire par « je ne sais pas si je vais bien ou pas », je suis passé par là pour les mêmes raisons. Et à vrai dire, j’ys suis encore en plein dedans. Mais c’est déjà mieux que de ne pas aller bien, mine de rien ! Non ?

  9. Maud Amoretti

    Alors, mon bon L, il y a deux étapes:

    -l’étape délicate: une fois mon dessin à peu près bon, je le gomme. Doucement, pour qu’il ne reste plus qu’une trace légère. Et je repasse donc le trait qui me semble le plus juste.

    -l’étape tricherie: je scanne le dessin et le nettoie sur photoshoop. J’utilise la balance des niveaux (ctrl+L) pour dégager les éventuels traits de construction restant. Et s’il en reste (il reste toujours), j’utilise l’outil gomme.

    Ca doit te paraître bien décevant… non, il n’y a pas de tour de magie, pas de prestige. C’est juste un coup de technologie.
    Par contre si je devais faire des couleurs directes, ce serait encore une autre histoire… Là il y aurait de vrais tours de force je pense.

  10. L.

    Merci pour lmes infos ! Je comprends mieux, à présent, et ne suis pas déçu pour autant, loin s’en faut.

    L’informatique permet l’accès à de nouveaux outils et de nouvelles façons de travailler, ce n’est donc pas quelque chose de réducteur, au contraire. ça n’a rien de meiux ou moins bien, au fond, c’est juste… Une fois de plus : différent !