reloaded!

Parapluie
Ce n’est pas parce que je vous en parle plus trop que De l’Encre et des Plumes est fini. Loin de là. Vu le rejet des éditeurs, j’ai redessiné des planches, des personnages et ce, plein depuis trois mois. J’avais bien avancé une version qui finalement n’a pas plu… Alors je retente un coup avec ce style-là. C’est le style que j’avais utilisé pour l’histoire courte Mary Miracle, parue dans Lanfeust Mag, avec Audrey Alwett au scénario.

 

Pour ceux qui prennent le train en route: De l’encre et des plumes est un de mes projet BD. Projet pensé à la base par Audrey, pui que nous avons modifié ensemble. J’y suis très attaché.

 

pour la référence: je suis tombé amoureux du nouveau modèle d’Angelic Pretty, Amo Chan. Et c’est grâce à LoliPauline. Du coup, j’ai fait un kimono Angelic Pretty à mon personnage(qui s’appelle Kasumi, « fleur d’encre »). ce kimono n’existe bien évidemment pas mais si Angelic Pretty décidait d’en faire un? Ressemblerait-il au mien?

 

Et là, je suis fatigué aujourd’hui. J’espère que cette version plaira. Sinon ce sera encore un truc qui m’aura pris du temps pour rien. Même si on ne perd jamais vraiment son temps: on grandit par ses échecs.

 

Bon.

 

Vous en pensez quoi?

 

 

Ah! Au fait, la photo de fond appartient à mon ami MP. Ne lui dites pas sinon il va se fâcher…

Ah! Et puis merci à L pour sa correspondance, à LoliPauline pour ses connaissances, à Angelic Pretty pour créer des vêtements extravagants, à Audrey pour ses excellents scénarios et à vous tous pour venir ici lire mes élucubrations.

Kokusyoku Sumire – dernières nouvelles

Yuka et Sachi des Kokusyoku Sumire

 

Les Kokusyoku Sumire avec un exemplaire de Vogue Japan

Pendant que d’autre(s) attende(nt), Yuka et Sachi de Kokusyoku Sumire font un sacré chemin, un chemin de rêve.

 

Ces deux-là ne sont pas le fruit d’un investissement d’une major ou d’une chaine de télévision, ne se sont pas rencontrées au cours d’un casting pour lolita. Elles ne sont pas comme Kitade Nana ou Wakeshima Kanon(production Mana sans originalité qui utilise une drôlesse qui sait manier le violoncelle. Le résultat est une jpop banale mais avec un violoncelle). Elles se sont faites elles-même.

 

Dans le numéro de juillet de Vogue Japan, elles sont citées dans un article intitulé « Tokyo Beauty Icons », sous titré « ces femmes qui inspirent le monde ». On le retrouve à côté de Kuriyama Chiaki, Mori Riyo(miss univers) et Tominaga Ai. Elles sont neuf femmes à être présentées. Et c’est une rétropective depuis les années 70. Formidable? Incroyable!

 

Puis elles s’attaquent à la bande originale d’une adaptation d’un livre de Dazai Osamu: Shayo/斜陽. Dans lequel on retrouvera Sato Eriko.

 

On ne s’arrête plus sur leur amitié avec Tim Burton. Ce dernier les a d’ailleurs invitées à sa Halloween Party privée à Londres. Les verront nous dans son Alice in Wonderland? Plus que probable. Physiquement ou musicalement, le thème les requiert.

 

Si vous ne les connaissez pas encore, je ne peux que vous inviter à tendre une oreille dans leur direction. Leur musique, unique, est certes réservée à un public adulte. Nous sommes loin des standards jpop et du visual kei. Mais c’est une expérience incontournable de la culture lolita et au delà.

 

Originalité, virtuosité et féerie.

Un passage

Très chers tous,

 

voici un passage du texte que Jean Vincent a écrit pour mon livre. Pour moi, ce poème est magnifique, il m’a transporté et ému. Que je suis heureux que Jean Vincent soit mon écrivain!

 

Donc voilà une avant première:

 

Scène18 : La procession,

 

« Vieillir, c’est se muer en paysage
« Et si c’est de moins en moins récolter du jardin
« Mais c’est chérir de plus en plus sa lisière, ses frontières
« Contempler la lutte éternelle du lierre et des pierres
« Mamie-fourmi, qui se marie, elle, le sait…
« Qu’il n’est jamais trop tard,
« Pour s’offrir en jachère au dernier des survivants

 

Le livre est composé de 20 scènes, entre coupé de renseignements/guides de lectures sur le Japon, la langue japonaise et la culture Lolita. Notre but est de faire un livre pour les lolitas. Et pour ceux qui s’y intéressent. Notre démarche est purement passionnée, artistique. Le fait que ce mouvement soit de plus en plus à la mode n’est pas notre motivation. Nous travaillons avec le coeur. Et pour ma part, je me sens très lolita. J’en serais certainement une si j’avais été une fille.

今井キラ!!!! Imai Kira!!!!!

Pink, par Imai Kira
Oui!!
Ouuuuuiiiiiiiii !!!!!!!!!!

 

Guplup!

 

Je viens de recevoir le mail de confirmation de Imai Kira!!! Elle participe à mon livre!!!!!!
Ca y est!!! J’ai ma dream team!!!!!

 

Que je suis heureux!!!

 

Ca y est… je pleure….
Que c’est bon de pleurer pour des choses comme ça….

 

Ulysse! On a Imai Kira!!!

 

Gurglooooooo!

Rien à voir mais…

 

C’est un ami à moi, une star du surf, pris par tout un bus de jeunes fans espagnoles. Ca n’a rien à voir avec ce dont je vous parle habituellement: c’est une petite pause, une récréation.

 

Et aujourd’hui, une douce pensée à celle qui passe son bac, à celle qui a un oral de japonais et à celui qui surveille le bac!

Le portrait de Yumeko

Yumeko

 

Yumeko no Me

Voici le tableau dont je vous parlais le mois dernier (gasp! Déjà un mois???). C’est encore une fois Yumeko, l’héroïne de mon livre illustré, toujours le même, celui avec le texte de Jean Vincent. D’ailleurs des bonnes nouvelles sont arrivées la semaine dernière et je vois le bout du tunnel. Mais tant que rien n’est sûr, je ne vous saute pas au cou en criant victoire. je vous tiens au courant!

 

Donc ce tableau. C’est une commande. Je me suis régalé à la faire. Je l’aime beaucoup et j’ai envie de l’utiliser pour la couverture du mon livre. On verra.

 

Remarquez ses yeux! Ce sont des fraises!

Vogue

Mes amies de Kokusyoku Sumire, Yuka et Sachi, sont dans Vogue Japon du mois de juillet. Confirmation de leur popularité grimpante. C’est Vogue tout de même: elles ont vraiment franchi un échelon… C’est excellent!

 

Les photos, je les ai piquées sur le blog de Sachi. J’aurais mon exemplaire d’ici peu, pas question de rater ça!
Et puis c’est pas incroyable: un Vogue spécial Lolita? Héhé! Quand je vous disais que le genre allait exploser (à 12000 km d’ici, certes…).

 

D’ailleurs j’en ai croisées deux hier, des lolitas, dans les rues d’Aix. Elles étaient bieeen jolies. Et puis j’ai croisé trois minettes qui ont rit en me voyant: « Oh, regarde c’est Christophe Willem! ». Ce n’est pas un mensonge, moi-même suis en pleine science-fiction. Je ne lui ressemble pourtant pas!!!

 

 

HELP!!!!!

 

 

Les Sumire dans Vogue Japan Couverture de Vogue Japan

Bonsoir Christophe!

Cover
Rebelote!

 

Je suis aux caisses de mon supermarché habituel. On attend. Une nouvelle caisse s’ouvre et tout le monde se précipite. J’agis avec célérité, grille une vieille au passage, écrase le pied d’un chômeur avec les roulettes de mon caddie, et m’incruste. La vie est sauvage à Casino.
Et là, je me rends compte de mon erreur: c’est la caisse de cette caissière là, celle par qui le Mal est venu. C’est la caisse de la dame qui m’appelle « Christophe ». Mais c’est trop tard, j’ai déjà commencé à déballer mes trucs.
Coup de chance: elle a le nez devant son écran et me dit « bonsoir » machinalement. Et juste avant de payer, elle lève les yeux, me regarde et…. et …. et c’est parti.

 

« Bonsoir Christophe! » me dit-elle. Le jeune couple derrière moi me regarde.
« Bonsoir » lui réponds-je. Elle est tout à coup tout sourire. Belle devanture! Et moi je fuis. Et je m’arrête à l’ascenseur (ma voiture est garée sur le toit du supermarket). Et le petit couple me jette des regards… « Ouille » me dis-je. Et la fille vient vers moi tenant un de mes sacs, oublié dans la panique. C’est que j’ai la panique facile, moi!

 

« Vous avez oublié un de vos sacs, Christophe! »

 

L’ascenseur s’ouvre, je récupère mon sac, rentre à la maison et décide de changer de magasin.

 

Je passe à peine la porte de mon immeuble que mon téléphone sonne: c’est Audrey! Ouf! enfin une voix aimable!
(à partir de là je fais la version résumée). Donc et en bref, Audrey a parlé à Bruno Graff (c’est un gentil monsieur belge qui fait la majorité des lithographies d’auteurs de BD en Europe) et lui a proposé la couverture de De l’encre et des plumes. Bruno aime et propose: une sortie an août à 200 exemplaires signés. Si son distributeur est d’accord, ça roule! Bon sang! voilà un nouvel espoir! En ces temps de disette, c’est génial!!!! Enfin quelque chose bouge!
Certes, c’est encore une réponse à attendre mais c’est chouette, je rêve déjà.

 

Et moi, je m’accroche à ce petit espoir comme un asticot à son hameçon.

Et mille mercis à Audrey!

Dans l’attente

Autoportrait
Je suis toujours dans l’attente de réponses. C’est long quand on attend.

 

Alors puisqu’il ne se passe rien (rien de rien), parlons d’autre chose.
Aujourd’hui est arrivé un traducteur japonais à Aix. Il reste jusqu’à lundi. Nous allons parler de la traduction de mon livre illustré Yumeko. Ce dernier a de meilleures chances au Japon. Moi aussi d’ailleurs.

 

Puis est arrivé le DVD live des Kokusyoku Sumire! Yeaaaaaah! Dans l’enveloppe m’attendaient aussi une gentille lettre de Yuka, et pleins de petits autocollants. ce fut un sacré bol d’air pur, d’air frais en ces temps de disette. Merci Yuka et Sachi!
Ce DVD est disponible auprès de HMV japan et Amazon japan si ça vous intéresse.

 

DVD des Kokusyoku Sumire

 

J’espère revenir avec des nouvelles fraîches très bientôt.
Et vous ça va?

Pet Collector

Pet Collector
Ce n’est pas tout jeune mais c’est une illustration qui a pour thème l’enlèvement d’animaux de compagnie. Très De Crecyesque. Cette illustration est parue au Japon. Le directeur artistique adorait Nicolas de Crecy et me demandait de me rapprocher de son style. Le magazine s’appelait Tokyo Classified. Je crois qu’il existe toujours mais s’appelle Metropolis.

 

Etrangement, le scann est centré sur le personnage et l’arrière plan ne se voit pas. Il y avait des portraits d’animaux de compagnie. Et prenait tout son sens dans ce thème là.

 

Et bientôt, retour vers les Lolitas.

De retour

Une infinité de mercis à Mademoiselle P, L, Albertine et LoliPauline! Merci du fond du coeur.
Si on se croise dans la rue, faites-moi signe, je vous serrerais volontiers la main et irais même jusqu’à vous faire un bisou sur la joue. Je ne sais pas à qui vous ressemblez mais vous oui, vous savez. A Christophe! Héhé!

 

Christophe Willem

 

C’est bizarre l’évolution des ressemblances… Quand j’étais lycéen, on m’attribuait un air avec Johnny Depp: c’était l’âge d’or, j’avais plein d’admiratrices.

 

Johnny Depp

 

Puis le vent a tourné… En allant étudier à Paris, on me prenait pour Michel Blanc. Sale coup! Plus une fille dans mon entourage, même pas une seule amie… Quelle période sombre. Et pourtant j’avais tous mes cheveux! Maintenant aussi! je vous jure: je ne porte pas de perruque!

 

Michel Blanc

 

Peut-être que je suis un mélange des trois?
On dit bien que Guillaume Bianco est un mélange de Georges Clooney et de Sim(gasp!)…

 

Alors on reprend là où on en était resté. Et je vais tâcher de vous parler de choses intéressantes, de vous montrer autre chose que des photos de Michel Blanc.

 

A très vite!

… triste…

Presque une semaine depuis le précédent billet… c’est que j’ai eu une remarque choquante (si au moins elle avait été intelligente, j’aurais pu l’utiliser et changer ce qui ne va pas… mais non l’insulte s’est passée de commentaires et d’explications. Tant pis. Et je peux vous assurer que ce n’était qu’une insulte, vide, qui ne provoque aucune réflexion) à propos de ce blog et ça m’a un peu pétrifié. D’où le manque de motivation récent. Mais il s’agit de reprendre ses esprits et de reprendre là où on en était, n’est-ce pas?

 

En relisant l’excellent « Penseurs japonais » de D’Istria (cadeau d’Ulysse par ailleurs, merci Ulysse!), je suis tombé sur cette phrase d’Artaud: «Je n’ai plus qu’une occupation, me refaire.» . Cette phrase est aussi pour moi.

 

On se revoit sous très peu.
Avec des choses neuves.